• Trouvé sur radioeveil.com

    L’ENFANT INTÉRIEUR.

     

     

     

    En chacun de nous se trouve un enfant qui souffre.Nous avons tous connu des périodes difficiles et beaucoup d’entre nous ont été fortement perturbés durant l’enfance. Et pour nous protéger de toute cette souffrance, la seule solution que nous ayons trouvée a été d’oublier ces épisodes douloureux. Chaque fois que cette douleur se réveille, cette sensation est si insupportable que nous refoulons nos sentiments et nos souvenirs au plus profond de notre inconscient. A tel point que nous pouvons passer des années et des années à négliger cet enfant blessé.

    Pourtant, ce n’est pas parce que nous l’ignorons que l’enfant n’est pas là. L’enfant blessé est toujours là, et il essaie d’attirer notre attention. Il se manifeste comme il peut :  » Je suis là. Je suis là. Tu ne peux pas m’ignorer. Tu ne peux pas me fuir. » Désireux d’atténuer notre peine, nous refusons de l’entendre, et nous nous en tenons aussi éloignés que possible. En vain, car cette fuite ne met pas fin à notre souffrance ; bien au contraire, elle ne fait que la prolonger.

    L’enfant blessé a besoin de soins et d’amour mais nous lui refusons. La douleur et le chagrin qui nous habitent semblent insurmontables, et, effrayés par toute cette souffrance, nous la fuyons. même si nous en avons le temps, nous ne revenons en nous-mêmes par peur de la confronter. Nous nous perdons dans une quête permanente de divertissements (télévision, cinéma, activités mondaines, alcool, drogues) parce que nous ne voulons plus faire l’expérience de toute cette souffrance.

    Dès l’instant où nous prenons conscience de l’existence de cet enfant blessé, et cessons de l’ignorer davantage, notre compassion pour lui peut grandir, et c’est alors que nous commençons à générer l’énergie de la pleine conscience. Et pour produire cette énergie, les pratiques de la marche, de l’assise et de la respiration en pleine conscience sont nos fondements. Grâce à elles, nous revenons à la sagesse éveillée présente dans chacune des cellules de notre corps. Cette énergie va nous accueillir et nous soigner et, ce faisant, elle guérira notre enfant blessé.

    PRENDRE SOIN DE L’ENFANT INTERIEUR.
    – Faire La Paix Avec soi –

    THICH NHAT HANH.

    source : http://radioeveil.com/lenfant-interieur/


    votre commentaire
  • Trouvé sur legrenierdebibiane.com

     

    LES VOYAGES

     

    J' ai visité un beau grand pays, grand comme l'univers.
    J'y ai vu des lacs si grands, qu'on aurait dit l'océan.
    Des bateaux venus de l'autre côté de notre monde.
    La plaine immense où se bercent les blés mûrs.
    L'antilope inquiète, broutant l'herbe rare.
    Le train, serpentant le long des gorges profondes,
    puis disparaitre dans la montagne,
    comme la couleuvre dans son terrier.
    J'ai côtoyé les précipices, caressé les falaises.
    La nature m'est apparue si grande, et moi si petit
    J'ai marché sur un glacier, il glisse lentement,
    Pour m'apprendre l'histoire des montagnes.
    J'ai vu la terre en colère, cracher des colonnes de feu.
    Des contrées bizarres, qu'on se croirait sur la lune.
    La pluie et le vent se sont plus à y dessiner des dunes.
    J'ai vu le bison, partager l'herbe avec le cerf
    J'ai vu des villes avec cent gratte-ciel.
    Des jardins aux couleurs de mille arcs-en -ciel.
    J
    'ai vu la mer, celle de l'autre côté de la planète.

    Enfin j'ai rencontré des inconnus,
    mais c'était des frères que j'ignorais.
    Au fil de mon voyage, ma famille s'est agrandie.
    J'ai visité un beau et grand pays.
    On le nomme... CANADA
     

    source : http://legrenierdebibiane.com/trouvailles/textes/mnoureau/voyage.htm

     


    votre commentaire
  • Trouvé sur le Net

    Trouvé sur le Net

    Trouvé sur le Net

    Trouvé sur le Net

    Trouvé sur le Net

    Trouvé sur le Net

    Trouvé sur le Net

    Trouvé sur le Net


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique