• Un partage d'Alice et de Cath

    Télécharger « Alice et Cath Les Saints de Glace.wmv »


    votre commentaire
  •   

    6 mars 1869 : Mendéleïev présente le tableau de la classification des éléments

    Le  tableau de la classification des éléments est présenté par le chimiste Mendéleïev à l’Académie des Sciences de Russie.

     

    Qui était Dmitri Mendeleïev ?

    Au moment où nous écrivons ces quelques lignes, celui qui révolutionna la chimie à tout jamais vit le jour il y a 183 ans.

     

    Sa révolution justement, quant à elle, fut créée il y a 148 ans.

    Dmitri Ivanovitch Mendeleïev , né le 27 janvier 1834 (8 février 1834 dans le calendrier grégorien) à Tobolsk et mort le 20 janvier 1907 (2 février 1907 dans le calendrier grégorien) à Saint-Pétersbourg, est un chimiste russe.

    Il est principalement connu pour son travail sur la classification périodique des éléments, publiée en 1869 et également appelée « tableau de Mendeleïev ». Il déclara que les éléments chimiques pouvaient être arrangés selon un modèle qui permettait de prévoir les propriétés des éléments encore non découverts.

    Enfance, études et début de la carrière scientifique[modifier | modifier le code]

     
    Mendeleïev en 1861.

    Mendeleïev est né à Tobolsk, en Sibérie, en Russie. Il était le cadet des nombreux enfants d'Ivan Pavlovitch Mendeleïev et de son épouse, née Maria Dimitrievna Kornilieva (le douzième selon Michael Gordin1, historien des sciences). Il entre à l'âge de quinze ans au lycée de Tobolsk, après la mort de son père. En 1849, la famille devenue pauvre s'installe à Saint-Pétersbourg et Dmitri entre à l'université en 1850. Après avoir reçu son diplôme, il contracte la tuberculose ce qui l'oblige à se déplacer dans la péninsule criméenne près de la mer Noire en 1855, où il devient responsable des sciences du lycée local. Il revient complètement guéri à Saint-Pétersbourg en 1856. C'est dans cette ville qu'il étudie la chimie et est diplômé en 1856. À 25 ans, il vient travailler à Heidelberg avec des savants comme Robert Bunsen et Gustav Kirchhoff.

    Entre 1859 et 1861, il travaille sur la densité des gaz à Paris, et au fonctionnement du spectroscope avec Gustav Kirchhoff à Heidelberg.

    En 1863, après son retour en Russie, il devient professeur de chimie à l'institut technologique et à l'université de Saint-Pétersbourg. Il épouse cette même année Feozva (dite Fiza) Nikititchna Lechtcheva (Феозва Никитична Лещева) à l'église de l'Université technique du génie militaire (où il enseignait) ; elle a six ans de plus que lui. Ce mariage se solde par un divorce. Il épouse ensuite Anna Ivanovna Popova (Анна Ивановна Попова).

     

    En 1864, il soutient sa thèse de doctorat intitulée Considérations sur la combinaison de l'alcool et de l'eau2. En 1867, il est nommé professeur de chimie minérale à l'université de Saint-Pétersbourg.

     

    source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Dmitri_Mendele%C3%AFev

     

    Que nous enseigne le tableau de Mendeleïev ?

    Par Yann le 13/02/2018

    Trouvé sur france-pitoresque.com et autres sites

     lire plus sur : https://www.superprof.fr/ressources/physique-chimie/seconde/structure-matiere/tableau-mendeleiv.html


    votre commentaire
  •  Trouvé sur france-pittoresque.com

    Evénements du 3 mars

     

       3 mars 1861 : abolition du servage en RussieAbolition du servage en Russie. 

       3 mars 1875 : création de Carmen à l'Opéra-ComiqueNous sommes à l’Opéra-Comique pour la création de l’œuvre la plus célèbre de Bizet : Carmen. C’est un échec complet, à tel point que l’opéra est retiré de l’affiche après seulement vingt représentations. La (...)

     3 mars 1357 : promulgation de la Grande Ordonnance visant à établir une monarchie constitutionnelle
    A cette époque, le roi Jean II le Bon est prisonnier des Anglais depuis la bataille de Poitiers, le 19 septembre 1356, et le dauphin Charles, futur Charles V le Sage (son règne ne débutera qu’en (...)
     
     3 mars 1590 : libération de la ville de Bréda
    La ville de Bréda, en Hollande, était au pouvoir des Espagnols. De Haranguières, natif de Cambrai, capitaine de gendarmes au service du prince Maurice de Nassau, fit cacher un certain nombre de (...)
     
     3 mars 1590 : prise de Bréda en ayant recours à un bateau de tourbes cachant des soldats
    Cette place était alors au pouvoir des Espagnols. Charles de Heraugière, natif de Cambrai, capitaine d’une compagnie de gendarmes, gagna un marinier nommé Adrien de Bergen, qui fournissait des (...)
     
     3 mars 1605 : mort du pape Clément VIII
    Ippolino Aldobrandini, né à Fano (Italie), fut élu pape le 30 janvier 1592. Lorsqu’il s’entendit proclamer, il se prosterna, pour prier Dieu de lui ôter la vie si son élection ne devait pas être (...)
     
     3 mars 1638 : Journée de Rhinfeld
    Les Suédois et les Français, sous les ordres du duc de Weymar, assiégeant Rhinfeld, furent attaqués dans leurs lignes par le fameux Jean de Wert, général des Impériaux, qui les avait battus le 28 (...)
     
     3 mars 1710 : mort de Louis, duc de Bourbon-Condé et petit-fils du grand Condé
    Louis III, duc de Bourbon-Condé, était petit-fils du grand Cnudé ; on le connaissait sous le nom de M. le Duc. Il fut le père de celui qui fut premier ministre sous Louis XV. Voici le portrait de ce (...)
     
     3 mars 1717 : mort de Pierre Allix, ministre de l’Eglise réformée
    Pierre Allix, né à Alençon, fut d’abord ministre protestant à Rouen, puis à Charenton. Après la révocation de l’édit de Nantes, il se réfugia an Angleterre, où il fut très bien accueilli, et nommé trésorier (...)
     
     3 mars 1802 : instauration des visites sanitaires pour les filles de joie
    Au milieu du XVIIIe siècle, les lieutenants de police se préoccupaient de la démoralisation générale et des maux qu’elle entraînait ; mais aucun projet sanitaire n’aboutit, parce que « de pareilles (...)
     

    source: https://www.france-pittoresque.com/spip.php?rubrique399 

     

     

    votre commentaire
  •  
    2 mars 1848 : loi des 10 heures fixant
    la durée de la journée de travail légale
    (D’après « Le technologiste ou Archives du progrès
    de l’industrie française et étrangère », paru en 1848)
     

    En 1841, les ateliers ouvraient à 5 heures du matin, pour fermer le soir à 8 ou 9 heures, et l’adulte travaillait 15 heures avec une heure et demie de pause pour les repas. En 1848, le gouvernement provisoire (24 février - 9 mai 1848) vote l’éphémère loi des 10 heures — elle sera supprimée le 9 septembre suivant — restreignant la durée quotidienne du travail à 11 heures pour la province, et à 10 heures pour Paris.

    Voici les décret et circulaire ministérielle relatifs à cette mesure :

    Décret du 2 mars 1848 
    Sur le rapport de la commission du gouvernement pour les travailleurs,

    Considérant :

    1° Qu’un travail manuel trop prolongé, non seulement ruine la santé du travailleur, mais encore, en l’empêchant de cultiver son intelligence, porte atteinte à la dignité de l’homme ;

    2° Que l’exploitation des ouvriers par les sous-entrepreneurs ouvriers, dits marchandeurs ou tâcherons, est essentiellement injuste, vexatoire et contraire au principe de la fraternité ;

     

    Le gouvernement provisoire de la république décrète :

    1° La journée de travail est diminuée d’une heure. En conséquence, à Paris, où elle était de onze heures, elle est réduite à dix, et en province, où elle avait été jusqu’ici de douze heures, elle est réduite à onze.

    2° L’exploitation des ouvriers par des sous-entrepreneurs ou marchandage, est abolie.

     

    Il est bien entendu que les associations d’ouvriers qui n’ont point pour objet l’exploitation des ouvriers les uns par les autres, ne sont pas considérées comme marchandage.

    Déclaration de la Commission du 3 mars 1848 
    Considérant que le décret du 2 mars 1848, qui fixe la durée du travail effectif, a donné lieu à des demandes d’explications de la part de quelques ateliers, où le travail est exceptionnellement de douze heures ;

    Considérant que l’intention du gouvernement provisoire, telle qu’elle résulte des termes mêmes du décret, a été de ménager les forces du travailleur, et de faire une part de temps à son intelligence ;

    Les président et vice-président de la commission du gouvernement pour les travailleurs font savoir :

    La durée du travail effectif, dans Paris et la banlieue, est fixée à dix heures pour toutes les professions.

    Déclaration de la Commission du 9 mars 1848 
    Informés que certains patrons élèvent des difficultés sur l’exécution du décret du 2 mars 1848, qui fixe à dix heures la durée du travail effectif et qui abolit le marchandage,

    Les président et vice-président de la commission de gouvernement pour les travailleurs rappellent que la stricte et loyale exécution des mesures arrêtées par le gouvernement provisoire est une affaire de salut public, et qu’il y sera pourvu avec fermeté.

    Ils préviennent aussi le public, en réponse à de nombreuses questions qui leur ont été adressées, que le décret relatif à la fixation de la journée de travail s’applique non seulement au travail des hommes, mais aussi à celui des femmes.

    Circulaire ministérielle du 10 mars 1848 
    A Messieurs les préfets des départements.

    Monsieur le préfet,

    Le gouvernement provisoire de la république a rendu, le 2 mars 1848, un décret qui limite à dix heures par jour, pour Paris, et à onze heures pour les départements, la durée du travail des ouvriers dans les ateliers, usines et manufactures. Il est indispensable que ces dispositions reçoivent leur stricte et rigoureuse exécution dans tous les établissements industriels.

    Je vous invite, j’invite toutes les municipalités à veiller à ce qu’aucune infraction n’y puisse être commise sous quelque prétexte que ce soit. L’exécution des décrets du gouvernement de la république est confiée à la vigilance, et placée sous la sauvegarde de tous les citoyens. En cas de violation de celui que je rappelle à votre attention, c’est un devoir impérieux pour vous, pour les administrations locales, pour tout citoyen, de dénoncer les contraventions aux autorités de la république. Il s’agit ici tout à la fois et du grand principe de fraternité, appelé à présider désormais aux destinées de la France et du principe non moins sacré de l’égalité entre tous ; entre les établissements industriels, comme entre ceux qui les activent ou leur donnent l’impulsion.

    Ce sont là, monsieur le préfet, des objets éminemment dignes de la sollicitude nationale ; je vous les recommande expressément, et vous invite à me tenir au courant de tous les faits qui se rapportent à l’exécution du décret sur le travail. Quand il s’agit de la vie, de la santé du peuple et de l’égalité dans les conditions industrielles, tout est grave, tout est pressant.

    Agréez, monsieur le préfet. l’assurance de ma considération distinguée.

    Le ministre provisoire de l’agriculture et du commerce,
    BETHMONT.

    Arrêté du gouvernement du 21 mars 1848 
    Sur le rapport de la commission du gouvernement pour les travailleurs,

    Considérant que le décret du 2 mars qui détermine la durée du travail effectif et qui supprime l’exploitation de l’ouvrier par voie de marchandage n’est pas universellement exécuté en ce qui touche à cette dernière disposition ;

    Considérant que les deux dispositions contenues dans le décret précité sont d’une égale importance, et doivent avoir force de loi, le gouvernement provisoire de la république, tout en réservant la question du travail à la tâche,

    Arrêté :

    Toute exploitation de l’ouvrier par voie de marchandage sera punie d’une amende de cinquante à cent francs pour la première fois ; de cent à deux cents francs en cas de récidive ; et, s’il y avait double récidive, d’un emprisonnement qui pourrait aller de un à six mois. Le produit des amendes sera destiné à secourir les invalides du travail.

     

    source : https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article13196


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique