•  Trouvé sur expressio.fr/expressions

    Ramener sa fraise

    Se manifester hors de propos.
    Agir de manière importune.
    Avoir une attitude prétentieuse.
    Arriver (en parlant d'une personne).

    Origine

    Je ne peux pas croire que quelqu'un, après avoir cueilli une magnifique fraise bien rouge et pulpeuse, la ramène (au propriétaire du fraisier) au lieu de la manger ! Ça me semble tellement incongru que c'est tout de suite sur une piste complètement différente de celle de cet excellent fruit que je vais vous emmener.
    Qui m'aime me suive, et sans ramener sa fraise !

    Cette expression argotique date du début du XXe siècle.
    À l'origine, elle voulait dire 'rouspéter' ou bien 'ronchonner', sans que l'origine en soit bien claire. Puis son sens a évolué.

    Dans tous les cas, la fraise qui nous intéresse ici n'est qu'une des très nombreuses dénominations de la tête avec cafetière, tronche, caboche, caisson, trombine... ou bien, pour rester dans les fruits, poire, pomme, cerise, citron...


    C'est pourquoi, on comprend aisément le dernier sens proposé indiquant que lorsqu'une personne amène ou ramène sa fraise, c'est qu'elle arrive ou revient.

    Par extension, celui qui intervient de manière inopportune dans une discussion, par exemple, y arrive et y ramène donc aussi sa fraise.
    Si on y rajoute une connotation ironique (il ramène sa fraise, mais il n'y connaît rien et il ferait mieux de se taire), on rejoint l'attitude prétentieuse.

    Une ellipse de cette expression est tout simplement "la ramener" : lorsque, dans un dialogue à la Michel Audiard, un truand dit à un autre de ne surtout pas "la ramener", c'est qu'il a intérêt à garder son clapet bien fermé et ne pas venir troubler la situation.

    Exemple

    « Bébert doit être devenu un de ces types puants, avec des cheveux gominés, qui parlent comme le Larousse et ramènent leur fraise parce qu'ils connaissent du latin. »
    Roger Ikor - À travers nos déserts

    Ailleurs

     

    Si vous souhaitez savoir comment on dit « Ramener sa fraise » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

    Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

    PaysLangueExpression équivalenteTraduction littérale
    Pays de Galles cy Bod yn llawn ei 'sgidiau Remplir ses chaussures
    Allemagne de Seinen Senf dazugeben Ajouter sa moutarde
    Angleterre / États-Unis en To put one's two cents in Y mettre ses deux cents
    Argentine es Ser un agrandado. Être un prétentieux.
    Espagne es Nadie te ha dado vela en este entierro Personne ne t'a donné un cierge dans cet enterrement
    Espagne es Meter baza Mettre une levée
    Argentine es

    Se la cree.

    Il croit tout connaître.
    Italie it Metterci una pezza Y mettre une pièce (de tissu)
    Brésil pt Nem vem que não tem. Ne vient même pas car il n'y en a pas (sous-entendu : pour toi)

    source : http://www.expressio.fr/expressions/ramener-sa-fraise.php


    votre commentaire
  • Trouvé sur http://autourdeschats.blogspot.fr/search/label/Expressions

     "Passer comme un chat sur la braise"
     
    Signification :
    Passer rapidement, éviter de s'appesantir.
    La locution redouble de rapidité  par l'image de la course légère et rapide du chat qui est capable de courir sur la braise sur une surface chaude sans se brûler. 

    Origine : XVIème siècle 

    votre commentaire
  • Publié le 6 Juin 2015

    " Ne pas se laisser prendre sans vert" . Voilà une expression, bien mystérieuse, que l'on n'utilise plus guère, voire plus du tout et que sans doute nombre d'entre nous ne connaissent pas. " Ne pas se laisser prendre sans vert " , signifie ne pas se laisser prendre au dépourvu, par surprise.

    Quand on entend pour la première fois cette expression, alors qu'on ne l'a jamais vue écrite, on pense naturellement au " vers " et on imagine avoir affaire au pêcheur qui ne doit pas oublier ses asticots. Sauf que " vert " ici c'est la couleur. Reste à savoir pourquoi « sans vert » signifie « au dépourvu ».
    L'origine de l' expression, qui remonte au XIII é siècle est liée à un divertissement pratiqué autrefois chez les gens riches dans plusieurs régions de France.
    Chaque personne ayant accepté de participer au jeu devait impérativement, entre le 1er et le 31 mai, porter sur elle quelques feuilles vertes, obligatoirement fraîchement cueillies du jour. Toute personne « prise sans vert » ou prise par un autre participant avec des feuilles fanées devait payer une amende. C'est parce qu'une de ces personnes était « prise sans vert », à un moment où elle ne s'y attendait pas, que l'expression est devenue synonyme de prise au dépourvu ou par surprise. Avec l'arrêt de ce jeu, l'expression est tombée dans les oubliettes et de nos jours n'est plus employée.

     

    Publié le 30 Mai 2015

     

    Etre sur le fil du rasoir, c’est être dans une situation très malsaine, instable, dangereuse avec peu de chances d'échapper à la catastrophe à laquelle vous êtes confrontés.

    Cette expression existe en français depuis le XIXe siècle. Imaginez un rasoir d'autrefois, pliant, à une seule grande lame…un coupe-chou en quelque sorte. Tenez- le horizontalement, le tranchant au-dessus - c'est justement ce tranchant qu'en français on appelle le fil et ce depuis le milieu du XVIe siècle, mais le mot trouve son origine dans le latin filum qui désignait déjà aussi bien un « fil » ou « filament » ou encore « tranchant d'une lame ».

    Eh bien, imaginez-vous maintenant debout sur cette lame tranchante, fine, aiguisée, risquant à tout moment soit de basculer d’un côté ou de l’autre, soit de vous couper… Et voilà, vous êtes sur le fil du rasoir ! Autrement dit "à la limite" de quelque chose de dangereux, aux dernières extrémités... On pourrait dire aussi "être au bord du gouffre", bien que l’expression revête un sens plus négatif.

    Jouer au funambule sur le fil d’un rasoir c’est jouer avec sa vie : soit on tombe, soit on se coupe !

    L'expression peut aussi signifier " de justesse ". Exemple : " il a été élu sur le fil du rasoir. "

     

     

    Publié le 2 Mai 2015

     

    Mettre la main à la pâte, c’est un peu comme  « retrousser ses manches «  ou encore «  aller au charbon « …Bref, c’est participer activement à quelque chose si on veut s’assurer que cela soit fait.

    Très utilisée au XIIIe siècle, l’expression «  mettre la main à … » signifiait agir, intervenir personnellement ( «  mettre la main à l’œuvre )  puis on lui a rajouté le mot «  pâte «  en allusion justement au boulanger qui devait pétrir de ses mains sa pâte à pain faute de quoi il n’aura pas de pain à vendre. Autrement dit, il y a eu une évolution du sens premier ( aider, agir ) vers une connotation plus lucrative ( faire un bon travail dont on peut tirer profit ).

    De nos jours, l’expression a repris son sens premier puisqu’elle signifie s’impliquer personnellement à faire un travail plus ou moins difficile.

     

     

    Publié le 26 Avril 2014

    Qui n'a jamais fait " contre mauvaise fortune bon cœur " ? Autrement dit qui n'a jamais accepté de compromis, ou ne s'est jamais finalement contenté de ce qu'il avait ? Personne, je pense que tous au moins une fois dans notre vie nous avons eu à tester cette expression même si cela nous a coûté.

    Mais d'ou vient l'expression ? Le style de cette locution proverbiale (complément direct rejeté au bout, pas d'article) est archaïque.

    Autrefois La fortune signifiait la chance, la réussite,et la mauvaise fortune les difficultés, les revers.

    Si, dans de nombreuses expressions où il est employé, le coeur désigne souvent le courage, il est ici employé à la place de l'esprit, de la mémoire (comme dans 'par coeur') ou la raison. C'est d'ailleurs cette dernière signification qui est la plus présente dans les différents emplois où pour faire face à la mauvaise fortune, il est important de rester raisonnable.

    Autrement dit il faut parfois savoir accepter certaines choses même si elle nous coûtent.

     

    source : http://henrylucienmerle.over-blog.com/2015/06/les-belles-expressions-de-la-langue-francaise-ne-pas-se-laisser-prendre-sans-vert.html


    votre commentaire
  • Trouvé sur http://henrylucienmerle.over-blog.com

    Publié le 4 Juillet 2015

    Voici une expression animalière qui nous est bien familière :

    " Malin comme un singe " se réfère à la débrouillardise, à la roublardise de certaines personnes pour parvenir à obtenir ce qu'elles veulent.

     

    Malin comme un singe, autrement dit être très rusé ou débrouillard.

    Si de nos jours l'expression se réfère à l'habileté légendaire du singe, à l'origine elle n'était nullement un compliment.

    En effet, l'adjectif malin vient du latin, malignus qui évoque une personne « de nature mauvaise, perfide, méchante ».

    Dans la culture chrétienne, le terme " malin " a longtemps été synonyme de créature maléfique " , et le singe fut par ailleurs considéré comme l'incarnation du démon depuis le Moyen-Âge.

    Le malin est donc une autre façon de nommer le diable. Ainsi, lorsque l'on disait d'un homme qu'il était " malin comme un singe " cela signifiait qu'on le comparait au démon...

    Aujourd'hui, le côté " démoniaque " de l'expression a disparu et " malin comme un singe " fait référence à l’ingéniosité des primates ...ainsi donc " être malin comme un singe, c'est être débrouillard et rusé,avec parfois une pointe de roublardise !

     

    Publié le 20 Juin 2015

    Faire la tournée des grands ducs, une expression que l'on a tous , au moins une fois, testée, non ? Mais si, n'avez-vous jamais fait la tournée des boîtes de nuit, des cabarets ultra-chics et ultra chers, jusqu'au bout de la nuit en buvant champagne ( modérément tout de même ) ? Eh bien voilà, vous avez fait la tournée des grands ducs !

    L'expression trouve son origine à la fin du XIXe siècle : En effet, c'est à cette époque, que les princes impériaux russes ( qui tous avaient le titre de grand duc) adoraient venir en goguette dans la capitale française ( la ville lumière que le baron Haussmann venait d'embellir et que le préfet Eugène Poubelle avait rendue propre grâce à son arrêté). Les jeunes gens désœuvrés allaient de cabaret en cabaret, de spectacle en spectacle, de lieu de plaisir en lieu de plaisir, en dépensant sans compter.

    C'est de ces longues virées nocturnes ou l'on dépensait sans compter et où l'on se laissait aller "aux plaisirs artistiques et parfois à ceux  de la chair " qu'est née l'expression " faire la tournée des grands ducs ".

    Las en ces temps incertains d'austérité, la tournée des grands ducs risque de tomber en désuétude, au moins pour le commun des mortels !

    La tournée des Grands ducs est aussi le titre d'un film de Norbert Carbonnaus de 1952 avec Denise Grey...et Louis de Funes que je vous offre de découvrir !

    Voir les commentaires

    Publié le 20 Juin 2015

    Faire la tournée des grands ducs, une expression que l'on a tous , au moins une fois, testée, non ? Mais si, n'avez-vous jamais fait la tournée des boîtes de nuit, des cabarets ultra-chics et ultra chers, jusqu'au bout de la nuit en buvant champagne ( modérément tout de même ) ? Eh bien voilà, vous avez fait la tournée des grands ducs !

    L'expression trouve son origine à la fin du XIXe siècle : En effet, c'est à cette époque, que les princes impériaux russes ( qui tous avaient le titre de grand duc) adoraient venir en goguette dans la capitale française ( la ville lumière que le baron Haussmann venait d'embellir et que le préfet Eugène Poubelle avait rendue propre grâce à son arrêté). Les jeunes gens désœuvrés allaient de cabaret en cabaret, de spectacle en spectacle, de lieu de plaisir en lieu de plaisir, en dépensant sans compter.

    C'est de ces longues virées nocturnes ou l'on dépensait sans compter et où l'on se laissait aller "aux plaisirs artistiques et parfois à ceux  de la chair " qu'est née l'expression " faire la tournée des grands ducs ".

    Las en ces temps incertains d'austérité, la tournée des grands ducs risque de tomber en désuétude, au moins pour le commun des mortels !

    La tournée des Grands ducs est aussi le titre d'un film de Norbert Carbonnaus de 1952 avec Denise Grey...et Louis de Funes que je vous offre de découvrir !

    source : http://henrylucienmerle.over-blog.com/tag/les%20belles%20expressions%20de%20la%20langue%20francaise/


    votre commentaire
  • Publié le 13 Juin 2015

     

    Restons dans le vert. L'été approchant, après le stress d'"une dure année de labeur, il est temps d'aller " se mettre au vert " ! Autrement dit au repos, dans un endroit calme, si possible à la campagne, loin du bruit, du stress et des autres  

    champ_fleurs_pano_b

    Cette expression trouve son origine au XIXe siècle, mais dès le XVIe que le " vert " désigne les champs, la campagne, la nature qui, pour les citadins était synonyme de calme, de repos. Se mettre au vert, c'était s'éloigner des soucis de la vie de tous les jours, pour s'adonner à des activités pleines d'insouciance tel que se promener dans les bois, respirer l'air frais de les prés...Bref  faire un " break " champêtre !

    Par extension, au fil du temps, l'expression a pris d'autres sens " se mettre au vert " signifie aussi aller dans un endroit lointain ou discret permettant de s'éloigner d'une situation désagréable ou, pour les truands, se mettre au vert peut aussi signifier s'éloigner de problèmes potentiels afin de se faire oublier, au moins un temps.

     

    Ainsi donc, deux sens pour cette bien belle expression :

    - Se retirer à la campagne pour s'y reposer ou fuir la vie stressante de la ville.

    - Fuir pour échapper à un danger, se mettre à l'abri en parlant d'un malfrat.

     

    Allez, je vous laisse, je vais justement profiter de cette belle journée pour aller me mettre au vert dans un endroit bucolique à souhait !

     

     
     

    Publié le 6 Juin 2015

     

    Voilà une expression, bien mystérieuse, que l'on n'utilise plus guère, voire plus du tout et que sans doute nombre d'entre nous ne connaissent pas.


    " Ne pas se laisser prendre sans vert " , signifie ne pas se laisser prendre au dépourvu, par surprise.

    Quand on entend pour la première fois cette expression, alors qu'on ne l'a jamais vue écrite, on pense naturellement au " vers " et on imagine avoir affaire au pêcheur qui ne doit pas oublier ses asticots.
    Sauf que " vert " ici c'est la couleur.
    Reste à savoir pourquoi « sans vert » signifie « au dépourvu ».


    L'origine de l' expression, qui remonte au XIII é siècle est liée à un divertissement pratiqué autrefois chez les gens riches dans plusieurs régions de France.
    Chaque personne ayant accepté de participer au jeu devait impérativement, entre le 1er et le 31 mai, porter sur elle quelques feuilles vertes, obligatoirement fraîchement cueillies du jour.
    Toute personne « prise sans vert » ou prise par un autre participant avec des feuilles fanées devait payer une amende.
    C'est parce qu'une de ces personnes était « prise sans vert », à un moment où elle ne s'y attendait pas, que l'expression est devenue synonyme de prise au dépourvu ou par surprise.
    Avec l'arrêt de ce jeu, l'expression est tombée dans les oubliettes et de nos jours n'est plus employée.

    Les belles expressions de la langue française :  " Ne pas se laisser prendre sans vert "

     

    Publié le 30 Mai 2015

    Etre sur le fil du rasoir, c’est être dans une situation très malsaine, instable, dangereuse avec peu de chances d'échapper à la catastrophe à laquelle vous êtes confrontés.

    Cette expression existe en français depuis le XIXe siècle. Imaginez un rasoir d'autrefois, pliant, à une seule grande lame…un coupe-chou en quelque sorte. Tenez- le horizontalement, le tranchant au-dessus - c'est justement ce tranchant qu'en français on appelle le fil et ce depuis le milieu du XVIe siècle, mais le mot trouve son origine dans le latin filum qui désignait déjà aussi bien un « fil » ou « filament » ou encore « tranchant d'une lame ».

    Eh bien, imaginez-vous maintenant debout sur cette lame tranchante, fine, aiguisée, risquant à tout moment soit de basculer d’un côté ou de l’autre, soit de vous couper… Et voilà, vous êtes sur le fil du rasoir ! Autrement dit "à la limite" de quelque chose de dangereux, aux dernières extrémités... On pourrait dire aussi "être au bord du gouffre", bien que l’expression revête un sens plus négatif.

    Jouer au funambule sur le fil d’un rasoir c’est jouer avec sa vie : soit on tombe, soit on se coupe !

    L'expression peut aussi signifier " de justesse ". Exemple : " il a été élu sur le fil du rasoir. "

    1 (573x138, 125Kb)

     

    Publié le 9 Mai 2015

    « Être la 5eme roue du carrosse « voilà qui n’est pas très agréable, car comme tout le monde le sait, cela signifie être inutile, compter pour rien...

    L’origine de cette expression, encore fort usité de nos jours, remonte aux temps où l’on circulait en carrosse. Ces véhicules avaient quatre roues et pas une de plus, on imagine qu'une cinquième roue n'aurait servi à rien.

    De là, le fait que nos ancêtres comparaient une personne inutile à cette éventuelle cinquième roue qui, autrefois, n'aurait pas été plus utile qu’une paire de chaussures à un cul-de jatte.

    De nos jours, être comparé ou se sentir comme « la 5 éme roue du carrosse «, signifie être considéré comme quantité négligeable, ne pas compter pour les autres, être inexistant. 

    Les belles expressions de la langue française : " Etre la 5eme roue du carrosse "
     

    http://henrylucienmerle.over-blog.com/tag/les%20belles%20expressions%20de%20la%20langue%20francaise/

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique