• Le dieu Thor (Mars- Ares)

    Thor

     
     
    Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thor (homonymie).
    Thor
    Dieu de la mythologie nordique
    Caractéristiques
    Autre(s) nom(s) Þunor, Þonar, Donar, *þunraR
    Nom norrois Þórr ou Þunarr
    Fonction principale Dieu du Tonnerre, de la Protection, de la Force et de la Fertilité
    Résidence Bilskirnir
    Équivalent(s) par syncrétisme Héraclès, Taranis, Indra
    Monture Char tiré par ses deux boucs Tanngrisnir et Tanngnjóstr
    Région de culte Scandinavie
    Famille
    Père Odin
    Mère Jörd
    Fratrie Nombreux demi-frères de par son père Odin.
    Premier conjoint Sif
    • Enfant(s) Thrúd
    Deuxième conjoint Járnsaxa
    • Enfant(s) Magni
    • Enfant(s) Modi
    Symboles
    Attribut(s) Marteau Mjöllnir, ceinture Megingjord et gants Járngreipr
    Jour jeudi

    Thor ou Tor1 est le dieu du Tonnerre dans la mythologie nordique. Il est l'un des principaux dieux du panthéon nordique, et fut vénéré dans l'ensemble du monde germanique. On trouve ainsi différentes orthographes de son nom selon les régions : Þórr ou Þunarr en vieux norrois, Þunor en anglo-saxon, Þonar en frison occidental, Donar en vieux haut-allemand, du proto-germanique *þunraR qui signifie « tonnerre »2.

    Son culte est d'abord rapporté dans le monde germanique par des chroniqueurs extérieurs, notamment par Tacite. Toutefois, les mythes qui lui sont associés se retrouvent principalement dans les Eddas, textes scandinaves rédigés et compilés aux alentours du xiiie siècle, soit quelques siècles après la christianisation officielle des derniers royaumes vikings.

    D'après ces textes scandinaves, Thor est un dieu guerrier, le plus fort de tous. Il possède un char tiré par deux boucs qui lui permet de traverser les mondes. Son attribut le plus célèbre est son marteau Mjöllnir, avec lequel il crée la foudre, et qui lui permet surtout d'être le protecteur des dieux et des hommes face aux forces du chaos, comme les géants, qu'il abat régulièrement et dont il est le pire ennemi. En tant que dieu de l'orage, il apporte la pluie, ce qui fait également de lui une divinité liée à la fertilité. Il est le fils d'Odin et de Jörd, et a pour épouse la déesse aux cheveux d'or Sif.

     

    Étymologie[modifier | modifier le code]

    Le nom de Thor (en vieux norrois Þórr) procède, comme toutes ses autres variantes régionales, du germanique commun *þonaroz ou *þunraz qui veut dire « tonnerre » 2.

    Caractéristiques[modifier | modifier le code]

     
    Thor portant son marteau Mjöllnir et sa ceinture de force, manuscrit islandais SÁM 66 du xviiie siècle de l'Institut Árni Magnússon.

    Famille et résidence[modifier | modifier le code]

    D'après les Eddas, Thor est le fils du dieu souverain Odin et de la personnification de la Terre Jörd. Il est l'époux de Sif, avec laquelle il eut pour fille Thrúd. Avec sa maîtresse, la géante Járnsaxa, il eut Magni. Nous ignorons le nom de la mère de son deuxième fils Modi. Thor a aussi un beau-fils, le dieu Ull, qui est l'enfant de Sif mais son père n'est pas mentionné dans les textes préservés.

    Thor réside dans une résidence nommée Bilskirnir (« Éclat scintillant »), située dans le royaume de Þrúðheimr (« Séjour de la force ») ou Þrúðvangr (« champ(s) de force »), qui contient 540 pièces, et où il vit avec sa famille. Ce manoir est le bâtiment le plus grand qui existe.

    Attributs et fonctions[modifier | modifier le code]

    Thor est un très puissant guerrier, d'une force colossale et inégalée. Sa ceinture magique, appelée Megingjord, augmente encore sa force. Il possède un marteau de guerre à manche court appelé Mjöllnir qui revient toujours à la main de Thor lorsqu'il le lance. Ce marteau crée également les éclairs. Pour manipuler son manche il utilise des gants de fer appelés Járngreipr. Le Mjöllnir est l'arme principale de Thor lorsqu'il combat les géants. Ce marteau de forme unique, est devenu un ornement très populaire durant l'Âge des Vikings, et fut porté en pendentif.

    Thor traverse le ciel à l'aide de son char, tiré par deux boucs nommés Tanngrisnir et Tanngnjóstr (« Dents grinçantes » et « Dents étincelantes »). Il voyage avec son servant et messager Thjálfi ainsi que la sœur de ce dernier, Roskva. L'Edda de Snorri relate que Thor peut faire rôtir ses boucs lorsqu'il a faim puis bénir les ossements et peaux avec le Mjöllnir afin de les ressusciter pour qu'ils reprennent leurs fonctions. Cependant, les os ne doivent pas avoir été cassés.

    Thor est l'ultime défenseur de Midgard et le gardien des dieux et des hommes contre les géants. C'est pourquoi il est un des dieux les plus vénérés. Thor est le dieu de l'orage (et donc par extension, de la fertilité) et de la force guerrière.

    Noms[modifier | modifier le code]

    Article détaillé : Liste des noms de Thor.

    Thor possède une multitude de noms qui sont mentionnés dans les Eddas et autres poèmes scandinaves. Il est plus régulièrement surnommé Asa-Thor, surtout dans la Gylfaginning de l'Edda en prose de Snorri Sturluson. Du vieil islandais Ása-Þórr, il signifie littéralement « Thor-des-Ases » soit « Thor, qui appartient à la race des dieux Ases »3. Il est également surnommé Aka-Thor (vieil islandais Aka-Þórr). Le verbe aka signifie « conduire », « se déplacer » (en char, en chariot, etc.), ce qui est pertinent au dieu qui conduit un char tiré par deux boucs4.

    Le kenning (au pluriel, kenningar) est une figure de style propre à la poésie scandinave qui consiste à remplacer un mot, ou le nom d'un personnage ou d'une créature par une périphrase. Au chapitre 11 de la partie Skáldskaparmál de l'Edda de Snorri, l'auteur révèle les kennings qui peuvent désigner Thor (Þórskenningar) ; « Fils d'Odin et de Jörd, Père de Magni et Módi et Thrúdr, Mari de Sif, Beau-Père d'Ullr, Manieur et Propriétaire de Mjöllnir et de la Ceinture de Force, et de Bilskirnir, Protecteur d'Ásgard et de Midgard, Adversaire et mort des Géants et Femmes-Trolls, Bourreau de Hrungnir, de Geirrödr et de Thrívaldi, Maître de Thjálfi et Röskva, Ennemi du Serpent de Midgard, Fils adoptif de Vingnir et Hlóra »5.

     

    Mentions anciennes[modifier | modifier le code]

    Chez Tacite[modifier | modifier le code]

    Les germains et leurs croyances sont mentionnés en premier lieu dans les récits romains. La Germanie de Tacite, texte ethnologique rédigé vers l'an 98, témoigne vraisemblablement de la plus ancienne mention préservée du dieu Thor chez les germains. Par interpretatio romana, Tacite substitue le nom germain de Thor à celui de Hercule. On lit au chapitre 1 de la partie 9 :

    « C'est Mercure qu'ils vénèrent le plus. Pour se le concilier, ils vont jusqu'à lui sacrifier certains jours des êtres humains et trouvent cela conforme aux lois divines. Quant à Hercule et Mars, ils les apaisent en leur offrant les animaux requis pour ce rite. »

    — La Germanie, IX, 16

    Mercure correspond alors au dieu Odin, Hercule à Thor et Mars à Týr.

    Chez Adam de Brême[modifier | modifier le code]

    Le dieu Thor est mentionné par le chroniqueur chrétien allemand Adam de Brême dans sa Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum rédigé pendant la deuxième moitié du xie siècle.

    « On dit qu'il gouverne l'air qui commande au tonnerre et à l'éclair, les vents et les averses, le beau temps et les fruits de la terre [...] Thórr, avec son sceptre, semble représenter Jupiter. »

    — Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum, IV, 267

    Ceci confirme la place de Thor au-delà de sa fonction guerrière ; c'est aussi un dieu de la fécondité7. Ce passage est également un exemple d'interpretatio germanica faisant de Thor l'équivalent du Jupiter romain (cf. infra).

    Mentions dans les textes scandinaves tardifs[modifier | modifier le code]

    Edda Poétique[modifier | modifier le code]

    Alvíssmál[modifier | modifier le code]

     
    Alvíss répond à Thor, illustration de W. G. Collingwood (1908).

    L'Alvíssmál est un poème didactique, similaire à un autre poème eddique, les Vafþrúðnismál, puisqu'il met en scène deux personnages mythiques jouant au jeux de questions et réponses sur les mondes8. Ici on comprend que la fille de Thor est promise à Alvíss, un nain. Alors Thor, qui s'oppose au mariage, lui explique qu'il n'aura son consentement que s'il parvient à répondre à toutes ses questions sur les mondes. À priori, le nain répond correctement à chacune des questions mais Thor a réussi sa ruse pour se débarrasser du nain, le dieu révèle à la dernière strophe que le Soleil s'est levé. Le nain Alvíss finit donc pétrifié par la lumière du Soleil.

    Dans ce poème le rôle de Thor est surprenant. Ici il règle son problème par un subterfuge, une ruse, qui n'est pourtant pas à son habitude. En effet, dans les autres mythes le dieu tonnant se contente de se débarrasser de ses ennemis par la force ou la menace8.

    lire plus sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Thor


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :