•  

    Trouvé sur planete

    La légende de la rose de Noël
    La nuit de la naissance du Christ, une petite bergère prénommée Madelon, vit les rois mages chargés de présents traverser le champ couvert de neige dans lequel elle gardait ses moutons. Pensant qu'elle n'avait rien à offrir à l'enfant Dieu, pas même une fleur, elle se mit à pleurer de grosse larmes.
    Comme ses larmes tombaient sur le sol, des pousses commencèrent à germer et de petites fleurs blanches les couvrirent.
    Avec un cœur tout joyeux, la petite bergère se pencha et cueillit les fleurs.
    Et s'en vint en toute hâte à la crèche.
    Elle se prosterna humblement devant l'enfant Dieu et déposa ses fleurs fraîches au pied de la crèche. L'Enfant Dieu alors se pencha vers les fleurs et les toucha de ses mains divines. Immédiatement, les pétales devinrent toutes d'un beau rose. 
    Et c'est ainsi que naquit la rose de Noël.

    votre commentaire
  •  

     

    Les Contes :

    thèmes et personnages principaux.



    Les Contes de Mille et Une Nuits reposent avant tout sur l’histoire de Shahrâzâd. Elle vit dans un royaume d’Inde où le roi, Shâhriyâr, a été trahi par son épouse qui l’a trompé avec l’un de ses esclaves. Pour se venger, il lui fait couper la tête, et se jure d’épouser une femme chaque jour, la tuant au matin suivant pour se garder de toute trahison.

    Cela dure plus de deux ans et Shahrâzâd, alarmée par ces horreurs, demande à son père le Grand Vizir de lui permettre d’épouser le roi pour faire cesser le massacre, car elle a un stratagème dans la tête…Le soir de son mariage, elle demande au roi l’autorisation de lui raconter une histoire, pour faire passer plus agréablement les heures avant la mort.

    Et commence alors une série de mille et une nuits, où, grâce à ses talents de conteuse, Shahrâzâd réussit à échapper à la mort, en laissant le roi « sur sa faim » chaque matin. En effet, Shahrâzâd ne termine jamais ses contes avant l’aube, et le roi l’épargne donc pour en connaître la suite le soir suivant.



    Les histoires contées par Shahrâzâd constituent donc le corps du recueil des Mille et Une Nuits, et son histoire personnelle est donc un fil conducteur qui permet de faire le lien entre toutes ces histoires juxtaposées.

    Ces contes abordent des thèmes récurrents : le voyage et l’aventure (souvent causés par la trop grande curiosité du héros) ; la trahison ; le pardon de la trahison et la clémence ; la religion ; la magie.



    Au terme des mille et une nuits, Shahrâzâd a épuisé toutes les histoires qu’elle connaît, mais l’histoire se termine bien : elle a donné trois fils au roi Shâhriyâr et celui-ci la gracie, car en quasiment trois années passées à ses côtés, elle lui a prouvé sa loyauté et sa fidélité, et lui a permis d’apaiser sa souffrance

     

    lire plus sur : https://www.tourisme-cambrai.fr/legende-mille-nuit


    votre commentaire
  • Fourni par Google TraductionTraduction

    Trouvé sur

    La légende des sables 

    Un cours d’eau, parti de sa savane,
    tout là-haut dans les montagnes, atteignit enfin les sables du désert.

    Il essaya de traverser cette barrière comme il aurait traversé les autres,
    mais il s’aperçut qu’en courant dans le sable, ses eaux disparaissaient.
    Il était convaincu que sa destinée était de traverser le désert,
    et pourtant ce n’était pas possible.

    Alors, une voix, venue du désert, murmura :
    « Le vent traverse le désert, le cours d’eau peut en faire de même. »
    Le cours d’eau objecta qu’en se jetant dans le sable,
    il se faisait absorber, tandis que le vent pouvait voler,
    c’est pour cela qu’il pouvait traverser le désert.
    « En te précipitant de ta manière habituelle, tu ne pourras pas traverser.
    Tu dois laisser le vent t’emporter jusqu’à ta destination. »
    « Comment cela pourrait-il se faire ? »
    « En te laissant absorber par le vent. »

    Cette idée était impossible à accepter pour le cours d’eau.
    Après tout, jamais il ne s’était laissé absorber auparavant.
    Il ne voulait pas perdre son individualité.

    Car, quand il l’aurait perdue, comment savoir s’il la retrouverait jamais ?
    « C’est la fonction du vent, dit le sable ;
    il prend l’eau, l’emporte au dessus du désert, puis la laisse retomber.
    L’eau tombe en pluie et redevient rivière. »
    « Comment puis-je savoir si c’est vrai ? »
    « C’est ainsi, et si tu ne le crois pas,
    tu ne pourras rien devenir d’autre que marécage et là non plus
    tu ne seras pas un cours d’eau. »
    « Mais ne puis-je donc rester le cours d’eau que je suis aujourd’hui ? »
    « Dans un cas comme dans l’autre, tu ne peux demeurer le même, murmure la voix.
    Même aujourd’hui, tu as le nom que tu portes
    parce que tu ne sais pas ce qui en toi est la partie essentielle.. »

    Le cours d’eau réfléchit, puis laisse ses vapeurs s’élever
    dans les bras accueillants du vent qui, sans effort, l’emporte doucement au loin.

    Le cours d’eau était en train d’apprendre….

    Et c’est pourquoi il est dit que le cours de la vie,
    dans son cheminement, est inscrit dans les sables.

     


     

     

    Source: V.Barre...www.lespasseurs.com

    source: http://lespasseurs.com/La_legende_des_sables.htm


    votre commentaire
  • Il était une fois trois arbres...

     

    Il était une fois, sur une montagne, 
    trois arbres qui partageaient leursrêves et leurs espoirs.

    Le premier dit: "Je voudrais être un coffre au trésor, richement décoré,
    rempli d'or et de pierres précieuses. Ainsi tout le monde verrait ma beauté".

    Le deuxième arbre s'écria: "Un jour, je serai un bateau solide et puissant,
    et je transporterai les reines et les rois à l'autre bout du monde. 
    Tout le monde se sentira en sécurité à mon bord".

    Le troisième arbre dit: "Je veux devenir le plus grand 
    et le plus fort des arbres de la forêt. Les gens me verront au sommet de la colline, 
    ils penseront au ciel et à Dieu, et à ma proximité avec eux; 
    je serai le plus grand arbre de tous les temps, et les gens ne m'oublieront jamais".

    Les trois arbres prièrent pendant plusieurs années 
    pour que leurs rêves se réalisent. Et un jour, survinrent trois bûcherons. 
    L'un d'eux s'approcha du premier arbre et dit: "Cet arbre m'a l'air solide, 
    je pourrais le vendre à un charpentier". Et il lui donna un premier coup de hache. 
    L'arbre était content, parce qu'il était sûr que le charpentier le transformerait
    en coffre au trésor.

    Le second bûcheron dit en voyant le second arbre: "Cet arbre m'a l'air solide et fort, 
    je devrais pouvoir le vendre au constructeur de bateaux". 
    Le second arbre se réjouissait de pouvoir bientôt commencer sa carrière 
    sur les océans.

    Lorsque les bûcherons s'approchèrent du troisième arbre, 
    celui-ci fut effrayé, car il savait que si on le coupait, 
    ses rêves de grandeur seraient réduits à néant. 
    L'un des bûcherons s'écria alors: "Je n'ai pas besoin d'un arbre spécial, 
    alors, je vais prendre celui-là". Et le troisième arbre tomba.

    Lorsque le premier arbre arriva chez le charpentier, 
    il fut transformé en une simple mangeoire pour les animaux. 
    On l'installa dans une étable et on le remplit de foin. 
    Ce n'était pas du tout la réponse à sa prière.

    Le second arbre qui rêvait de transporter des rois sur les océans, 
    fut transformé en barque de pêche. Ses rêves de puissance s'évanouirent.

    Le troisième arbre fut débité en larges pièces de bois, 
    et abandonné dans un coin.

    Les années passèrent et les arbres oublièrent leurs rêves passés.

    Puis un jour, un homme et une femme arrivèrent à l'étable. 
    La jeune femme donna naissance à un bébé et le couple l'installa dans la mangeoire 
    qui avait été fabriquée avec le premier arbre. 
    L'homme aurait voulu offrir un berceau pour le bébé, mais cette mangeoire ferait l'affaire. 
    L'arbre comprit alors l'importance de l'événement qu'il était en train de vivre, 
    et sut qu'il contenait le trésor le plus précieux de tous les temps.

    Des années plus tard, un groupe d'hommes monta dans la barque fabriquée 
    avec le bois du second arbre; l'un d'eux était fatigué et s'endormit. 
    Une tempête terrible se leva, et l'arbre craignit de ne pas être assez fort 
    pour garder tout son équipage en sécurité. 
    Les hommes réveillèrent alors celui qui s'était endormi; 
    il se leva et dit : "Paix!" Et la tempête s'arrêta. 
    A ce moment , l'arbre sut qu'il avait transporté le Roi des rois.

    Enfin, quelqu'un alla chercher le troisième arbre oublié dans un coin; 
    il fut transporté à travers les rues, 
    et l'homme qui le portait se faisait insulter par la foule. 
    Cet homme fut cloué sur les pièces de bois élevées en croix , 
    et mourut au sommet de la colline. 
    Lorsque le dimanche arriva,l'arbre réalisa qu'il avait été assez fort 
    pour se tenir au sommet de la colline et être aussi proche de Dieu que possible, 
    car Jésus avait été crucifié à son bois.

    Chacun des trois arbres a eu ce dont il rêvait, 
    mais d'une manière différente, de ce qu'ils imaginaient.

    Nous ne savons pas toujours quels sont les plans de Dieu pour nous.

    Nous savons simplement que ses voies ne sont pas les nôtre, 
    mais qu'elles sont toujours meilleures si nous lui faisons confiance.

     

     

     

     

    Source: Un conte folklorique raconté par Angela Elwel Hunt. Anonyme...www.lespasseurs.com

     

    source : http://www.lespasseurs.com/Il_etait_une_fois_trois_arbres.htm


    votre commentaire