• Spécial St Patrick : 8 légendes irlandaises géniales

    Spécial St Patrick : 8 légendes irlandaises géniales

    Par Violaine de Vio’ Vadrouille

    Des leprechauns aux trèfles à quatre feuilles, les légendes ont façonné l’imaginaire et la culture irlandaise… Souvent divertissants, parfois étranges, les mythes de l’Île d’émeraude sont pourtant assez peu connus dans l’Hexagone. Retour sur 8 légendes que vous ignoriez probablement… et que j’aime beaucoup.

    La Chaussée des Géants

    La Chaussée des Géants se situe en Irlande du Nord sur la Causeway Coast. Ce site, classé à l’UNESCO, est formé par la juxtaposition de prismes de lave refroidie (environ quarante-mille piliers de pierre) qui, pour certains, atteignent 12 m de haut… Impressionnant, non ? Mais derrière ces formes naturelles intrigantes se cache une légende, celle d’une bataille ! Finn MacCool, un géant irlandais, souhaite se mesurer à son rival écossais, nommé Benandonner. Il construit alors une chaussée suffisamment grande pour relier les deux pays à l’aide de colonnes de pierre. Mais, intimidé par la taille de son adversaire en le voyant arriver, l’Irlandais décide de ruser et de se déguiser en enfant. En découvrant cet immense bébé, l’Écossais prend la fuite, imaginant la taille terrifiante de son père ! Une histoire amusante et souvent racontée aux enfants irlandais.
    Le fin mot de l’histoire ? Si la Chaussée des Géants ne relie plus aujourd’hui l’Irlande à l’Écosse, c’est parce qu’en partant, le géant écossais aurait détruit une partie du chemin afin que son adversaire ne puisse pas le rejoindre.

    La Chaussée des Géants, Irlande

    La Chaussée des Géants, Irlande ©Gigi Peis/Shutterstock.com

     

    Le leprechaun

    Quand on vous dit leprechaun, vous imaginez un petit homme barbu, gardien d’un trésor enterré au pied d’un arc-en-ciel ? C’est bien ça ! Le nom leprechaun vient en fait du gaélique leath bhrogan qui signifie « faiseur de chaussures ». Il est, en effet, présenté comme un cordonnier qui gagne son or en offrant des chaussons de danse aux petites fées (il fallait y penser !). Cependant cet être malicieux et farceur semble passer plus de temps à compter son or qu’à le dépenser. Dernière chose : il s’avère très utile si on parvient à le capturer, exhaussant trois de vos vœux en échange de sa libération !
    Les leprechauns vous intéressent ? N’hésitez pas à visiter le National Leprechaun Museum à Dublin.

    La banshee

    La banshee (du gaélique irlandais Bean Si « femme de l’autre monde ») est un être légendaire issu du folklore irlandais qui a la particularité d’annoncer la mort. De quelle manière me direz-vous ? Par un cri déchirant qui vous glace le sang. Mais au-delà de ça, elle peut aussi changer d’apparence à souhait et passer d’une belle jeune femme à la peau pâle à une très vieille femme décharnée. Messagère de la mort, elle prédit le décès de la personne qui entend sa complainte ou de l’un de ses proches. Glaçant !
    Et aujourd’hui ? La culture populaire a contribué à faire connaître cette légende puisqu’on retrouve la banshee dans différentes œuvres littéraires et cinématographiques comme Dark Shadow de Tim Burton.

    Le trèfle à quatre feuilles

    On dit que pour 10 000 trèfles à trois feuilles, il n’existe qu’un seul trèfle à quatre feuilles. Autant dire qu’ils sont rares, et c’est d’ailleurs cela qui a donné naissance à leur légende. Les druides celtes considéraient ce trèfle comme un « talisman » contre les mauvais esprits. La première feuille représente l’espoir, la deuxième la foi, la troisième l’amour et enfin la quatrième la chance… Trouver un trèfle à quatre feuilles est aujourd’hui encore le présage d’un bonheur à venir : une belle rencontre et, qui sait, un mariage prochain ? Petite précision : le pouvoir du trèfle est total seulement s’il est trouvé par hasard et un soir de pleine lune.
    Le saviez-vous ? Les collectionneurs de trèfles à quatre feuilles et plus sont des Ultratrifoliophiles et ceux qui en trouvent des Quadrifoliistes. Vous aurez au moins appris quelque chose <img class="emoji" src="https://s.w.org/images/core/emoji/2.2.1/svg/1f609.svg" alt="


    votre commentaire
  • Les aveugles et l'éléphant

    Les aveugles et l'éléphant

    Un jour, des Indous amenèrent un éléphant. Ils l'exhibèrent dans une maison obscure. Plusieurs personnes entrèrent, une à une, dans le noir, afin de le voir. Ne pouvant le voir avec les yeux, ils le tâtèrent de la main.

    L'un posa la main sur sa trompe et dit : "Cette créature est telle un tuyau d'eau." 

    L'autre lui toucha l'oreille : elle lui parut semblable à un éventail.

    Lui ayant saisi la jambe, un autre déclara : "Cela ressemble à un pilier."

    Après avoir passé la main sur son dos, un autre dit : "En vérité, cela est comme un trône".

    De même, chaque fois que quelqu'un entendait une description de l'éléphant, il la comprenait d'après la partie qu'il avait touchée.

    Si chacun d'eux avait été muni d'une chandelle, leurs paroles n'eûrent pas été différentes.

     

    L'oeil de la perception est aussi limité que la paume de la main qui ne peut cerner la totalité de l'éléphant.

    L’œil de la mer est une chose, l'écume en est une autre ; délaisse l'écume et regarde avec l’œil de la mer. Jour et nuit, provenant de la mer, se meuvent les flocons d’écume ; tu vois l’écume, non la mer. Que c’est étrange ! 

    Nous nous heurtons les uns contre les autres comme des barques ; nos yeux sont aveuglés ; l'eau est pourtant claire.

    Ô toi qui t'es endormi dans le bateau du corps, tu as vu l'eau ; contemple l'Eau de l'eau. 

    L'eau a une eau qui la pousse, l'esprit un esprit qui l'appelle.

     

    Djalal-od-Dîn-Rûmî, extrait du "Mathnawī"

    source: http://chercheursdeverites.e-monsite.com/blog/contes/


    votre commentaire
  •  

    Vieille légende hindoue

    Une vieille légende hindoue raconte qu'il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma, le maître des dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher dans un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc de lui trouver une cachette.

    Lorsque les dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci : "Enterrons la divinité de l'homme dans la terre". Mais Brahma répondit : "Non, cela ne suffit pas, car l'homme creusera et la trouvera".

    Alors les dieux répliquèrent : "Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans". Mais Brahma répondit à nouveau :

    "Non, car tôt ou tard l'homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu'un jour il la trouvera et la remontera à la surface".

    Alors les dieux mineurs conclurent : "Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d'endroit que l'homme ne puisse atteindre un jour".

    Alors Brahma dit : "Voici ce que nous ferons de la divinité de l'homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c'est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher".

     

    Depuis ce temps-là, conclut la légende, l'homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.

     

    source : http://chercheursdeverites.e-monsite.com/blog/contes/


    votre commentaire
  •  

    La légende des douze animaux du zodiaque chinois

    Une légende raconte qu'un jour, alors que l'Empereur de Jade présidait une séance d'audience dans le palais céleste, le tigre, le phénix et le dragon vinrent crier à l'injustice. L'Empereur leur dit: "Vous êtes considérés comme le roi de la montagne, le roi de l'eau et le roi de la forêt. Qui a donc l'audace de vous maltraiter?" Les trois plaignants répondirent: "C'est l'homme. Il essaie par tous les moyens de nous tuer." L'Empereur de Jade dit: "Et bien, rentrez chez vous et informez vos vassaux qu'ils doivent venir attendre devant la Porte sud du Palais céleste à la cinquième veille du matin. A mon signal le premier à se présenter, je le choisirai comme symbole désignant l'année denaissance de l'homme. Celui-là ne sera plus jamais persécuté par l'homme. Quant aux autres, je ne m'en occuperai pas. » Les trois animaux-rois se dépêchèrent d'aller informer leurs vassaux.

    La nouvelle se répandit. Les animaux se préparèrent à la hâte. Le rat qui était en train de creuser un trou n’avait pas entendu la nouvelle. Quand il sortit du trou, il vit le chat qui se lavait le museau et l'interrogea: "Frère chat, vous faites votre toilette, est-ce que vous allez rendre visite à des parents ou bavarder avec des voisins?" Le chat répondit: "Pas du tout. Demain matin, j'ai une affaire importante à régler." Le rat s'empressa de se renseigner. Le chat lui révéla candidement le décret de l'Empereur de Jade. Le rat dit immédiatement: "J'y vais moi aussi." Le chat dit: "Allons-y ensemble. Cependant j'ai l'habitude de faire la grasse matinée. Demain matin vous devrez me réveiller de bonne heure." Le rat acquiesça.

    Le lendemain, le rat se réveilla à la troisième veille du matin et pensa: "Le chat court plus vite que moi. Si je vais avec lui, je le payerai cher", il se leva doucement et se mit en route tout seul, sans aller réveiller le chat.

    Devant la Porte sud du Ciel, des fauves et des oiseaux étaient déjà rassemblés. L'Empereur de Jade, assis dans la salle du palais, ordonna à son ministre, Étoile d'Or, de préparer pinceau et papier. À la cinquième veille, il cria "Entrez". Les animaux accoururent, ils se serrèrent devant la porte du palais et personne ne put faire un pas de plus. Le rat se dit: "Je n'ai pas de force, je n'arriverai pas à traverser la foule. Il me faut trouver un moyen." Soudain, l'idée lui vint de passer entre les jambes des animaux. Alors d'un bond, il sauta le premier devant l'Empereur de Jade qui, en le voyant, dit: "Voilà! Le premier arrivé est le rat." Étoile d'Or en prit note. C'est ainsi que le rat se classa premier des douze animaux.

    Le bœuf, impatient, écarta grâce à sa force les autres animaux et courut en avant. L'Empereur de Jade dit: "Voilà maintenant le boeuf." Étoile d'Or classa le boeuf en deuxième position.

    Le tigre se dit: "Le bœuf a de la force, moi aussi." Il sauta, d'un bond par-dessus les têtes des autres animaux et gagna la troisième place.

    Voyant cela, le lapin réfléchit: "Je ne suis pas assez fort pour traverser la foule. Je vais suivre l'exemple du rat!" Il se fit tout petit et se faufila entre les jambes des autres animaux. Il se classa quatrième.

    Le dragon se mit en colère, en voyant que les autres le précédaient. "Je suis le plus puissant, pourquoi ne pas utiliser mes pouvoirs magiques?" Il s'éleva dans les nuages et s'avança à travers le ciel et arriva le cinquième.

    Le serpent ne supportait pas de se montrer faible. Habile, il se glissa à travers les jambes des animaux et se classa sixième.

    Voyant qu'il n'avait pas le temps de traverser la foule, le cheval concentra ses forces et d'un bond s'élança devant, il fut classé septième.

    Le mouton pensa: "Je suis moins fort que les autres. Je vais essayer de me servir de mes cornes." Il baissa la tête et poussa les autres animaux de ses cornes pointues. Les autres s'empressèrent de le laisser passer. Le mouton put ainsi gagner la huitième place.

    Le singe, lui aussi, utilisa ses capacités. S'agrippant tantôt aux cheveux des uns, tantôt aux oreilles des autres, il bondit promptement, par-dessus les têtes des animaux, et s'élança devant. Il fut classé neuvième.

    Voyant qu'il y avait déjà neuf animaux devant lui, le coq craignit qu'il n'y ait plus de place pour lui. Battant des ailes, il traversa la foule en volant et prit la dixième place.

    L'Empereur de Jade, pensant que le nombre des animaux était suffisant, dit: "Ça suffit! Ça suffit!" Étoile d'Or crut qu'il criait "le chien" et prit en note le chien (en chinois, le mot "chien 狗 gǒu" et le mot "suffit 够 gòu" sont homophones). L'Empereur de Jade répéta: "C'est assez! C'est assez!" Étoile d'Or crut alors qu'il disait le "cochon" et écrivit "cochon" (en chinois, le mot "assez 足 zú" et le mot "cochon 猪 zhú" sont homophones). L'Empereur saisit alors brutalement le papier où étaient inscrits les noms des animaux, et dit: "N'écris plus rien" Il compta et s'aperçut qu'il y avait douze animaux pour désigner les années de naissance, au lieu de dix. Mais il dut donner son consentement. C'est ainsi que furent choisis les douze animaux et que fut fixée leur place respective.

    Ayant gagné la première place, le rat rentra chez lui joyeux et trouva le chat en train de faire sa toilette. Le voyant arriver, le chat dit: "Il faut que nous partions." Le rat lui dit: "Pourquoi partir. J'ai gagné la première place." "Pourquoi ne m'avez-vous pas appelé?" "Si je vous avais réveillé, comment aurais-je gagné la première place?" A ces mots, le chat s'indigna et s'abattit sur le rat pour le dévorer. Le rat était si habile qu'il réussit à s'enfuir. C'est depuis lors que le chat et le rat sont ennemis.

    Les contes de ce genre, transmis de génération en génération sont nombreux. La plupart d'entre eux s'inspirent de la physionomie particulière et du comportement des douze animaux et montrent combien la place de ces animaux est importante dans l'imagination et les sentiments des hommes.

    Source: Zang Fang, les douze animaux et leur place dans la culture chinoise, Beijing 2001


    En savoir plus sur http://lechinois.com/faq/legendedouzeanimaux.html#gLGdtDxmpBIqOuKB.99

     


    votre commentaire
  •  

    Le maréchal-ferrant 

    De nombreuses légendes ont couru en Allemagne, en Belgique et dans le Nord de la France sur l'évêque-orfèvre. L'une d'elles, d'origine allemande, voudrait expliquer pourquoi Éloi fut le patron de tant de corporations2.

    Au dire de cette légende, Éloi, simple maréchal-ferrant, s'était installé à son compte et avait accroché à sa porte une enseigne ainsi conçue : « Éloi. Maître sur maître. Maître sur tous ». Considérant que ce « Maître sur tous » était un défi à la puissance céleste, Jésus-Christ résolut de donner à Éloi une bonne leçon d'humilité.

    Le Christ s'habilla donc comme un simple et pauvre forgeron et vient demander de l'embauche à l'atelier d'Éloi.  

    Que sais-tu faire ? demande celui-ci.

    Je sais forger et ferrer aussi bien que qui que ce soit au monde

    Que dis-tu de ce fer que je viens de forger ? 

    Pas mal, mais on peut faire mieux.  

    Hospices de Beaune, Bourgogne, France. Tapisserie de Guigone de Salins, représentant saint Éloi.

    Là-dessus, et sans attendre, Jésus forge un fer bien mieux fini, bien plus élégant que celui d'Éloi. Mais il ne s'arrête pas là. Ayant vu à la porte de la forge un cheval en attente d'être ferré, Jésus lui coupe la jambe, la met sur l'enclume, pose le fer, puis rattache la jambe au cheval qui paraît ne s'être aperçu de rien. Colère d'Éloi qui, pour relever ce défi, coupe une autre jambe du cheval et s'apprête à y poser un fer. Mais le cheval, cette fois, saigne, hennit de douleur, s'abat, et mourrait bientôt si Jésus n'arrêtait miraculeusement l'hémorragie avant de remettre la jambe en place. Du coup, Éloi capitule. Il prend son marteau et brise son enseigne en disant : 

    Qui que tu sois, c'est toi le maître et c'est moi le compagnon.  

    Alors le Christ : 

    Heureux celui qui s'humilie.

    Éloi comprend enfin à qui il a à faire et se prosterne. 

    Je te pardonne, dit le Christ, car je te crois guériReste « Maître sur maître » ; mais souviens-toi que je suis seul « Maître sur tous »

    Il monte en croupe derrière le cavalier propriétaire du cheval dont deux jambes avaient été coupées. Et ils s'en vont. Éloi, qui n'est décidément pas au bout de ses surprises, comprend alors que ce cavalier était saint Georges. 

    Cette légende tente d'expliquer pourquoi Éloi apparaît sur de très anciennes gravures, tenant une jambe de cheval à la main. Mais elle ne peut être que postérieure au xie siècle, époque où l'usage de ferrer les chevaux apparut en Occident.

     source   : https://fr.wikipedia.org/wiki/Éloi_de_Noyon

     lire plus : https://fr.wikisource.org/wiki/Légendes_chrétiennes/Saint_Éloi_et_Jésus-Christ

     et sur    :  http://www.notreprovence.fr/tradition_fetes-de-la-saint-eloi.php


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique