• Hécate

    Hécate (déesse de la mort ou lune loire ou nouvelle lune)

    Présentation

    Hécate fait partie de la Triade Lunaire, avec Séléné et Artémis : Hécate représente la nouvelle lune ou lune noire, qui symbolise la mort ; Séléné la pleine lune, qui symbolise la naissance ; Artémis le croissant de lune, qui symbolise la maturité dans le cycle de vie.

    Hécate présente deux aspects opposés : déesse protectrice liée aux cultes de la fertilité, accordant richesse matérielle et spirituelle, honneurs et sagesse, conductrice des âmes emportées par la tempête[réf. nécessaire] ; mais aussi déesse de l'ombre et des morts.

    Ses pouvoirs sont redoutables la nuit notamment, à la lumière de la Lune, à laquelle elle s'identifie et qui est considérée comme le séjour des morts. Cette déesse des morts et chthonienne est honorée comme la déesse des carrefours parce qu'elle relierait les enfers, la terre et le ciel. Elle est aussi la déesse de l'ombre, qui suscite les cauchemars et les terreurs nocturnes (symboles des désirs secrets ou refoulés de l'inconscient)[réf. nécessaire], ainsi que les spectres et les fantômes. Elle est la magicienne par excellence et la maîtresse en sorcellerie à qui font appel tous les magiciens. Cette magicienne des apparitions nocturnes symboliserait en fait l'inconscient[réf. nécessaire] et a pour compagnes les Érinyes[réf. nécessaire], qui sont la personnification des remords de conscience.

    Elle est très proche du couple infernal, Perséphone et Hadès.

    Rôle dans la mythologie

    Hécate apparaît dans la Théogonie d'Hésiode2, puis dans l’Hymne homérique à Déméter, composé spécialement en vue du culte mystérieux d'Eleusis vers 610 av. J.-C[réf. nécessaire]. Elle y voit avec Hélios l'enlèvement de Perséphone par Hadès et aide Déméter à rechercher sa fille, la torche à la main. Elle l'emmène voir Hélios, qui dénonce le Cronide. Elle y apparaît donc comme une divinité à caractère lunaire3.

    Dans la Théogonie, prise en affection par Zeus, elle reçoit un pouvoir souverain sur la terre, la mer et le ciel, devient la déesse protectrice des orateurs populaires au sein des assemblées, donne la victoire au guerrier qu'elle choisit dans la bataille, s'assied auprès des rois au tribunal de justice, seconde la vaillance des athlètes, dirige les navigateurs sur les flots, protège les chasseurs, préside avec Hermès au bon état et à la multiplication des troupeaux et prend soin de la naissance et de la croissance des enfants. Elle y est donc différente de la première œuvre puisque son caractère lunaire est à peine indiqué et qu'elle emprunte surtout des traits à Athéna, Déméter et Artémis. L'art grec l'a d'ailleurs souvent représentée semblable à Artémis.

    Progressivement, elle se retrouve associée à la face sombre de l'astre lunaire, et se voit prêter des capacités de divinations et de sorcellerie. On la retrouve alors liée à la lignée de magiciennes comme Médée et Circé. On la connaît aussi sous le nom de χθονία / khthonía, « la déesse des Enfers », protégée d'Hadès.

    Lieux de culte

    Selon Pausanias, des chats noirs femelles étaient sacrifiées à Hécate sous sa forme de « Déesse des bords des chemins » dans la cité grecque de Colophon4.

    On adorait particulièrement Hécate dans les carrefours, où on lui sacrifiait des chiens, parce qu'ils hurlent à la lune, des chevreaux et des agneaux noirs[réf. souhaitée]. On a retrouvé de nombreuses statuettes à d'anciens carrefours, lieux de la géomancie par excellence[pertinence contestée]. Les peupliers noirs (Populus nigra) lui étaient consacrés[réf. nécessaire] et on ne la conjurait que par des incantations, des philtres d'amour ou de mort[réf. nécessaire].

    Représentations[modifier | modifier le code]

     
    Hékatéion (petite colonne votive à Hécate) : la déesse aux trois corps est entourée par trois Charites dansant, Attique, iiie siècle av. J.-C..

    Hécate est souvent représentée comme une déesse tricéphale : une tête de lion, une de chien et une de cheval ou de jument sur un corps de femme[réf. nécessaire]. Ces trois têtes sont le symbole des trois phases de l'évolution humaine (croissance, décroissance, disparition) et des trois phases correspondantes de l'évolution vitale puisqu'elle est liée aux cultes de la fertilité. Elle est parfois aussi représentée par trois femmes adossées à une colonne.

    Elle est représentée tenant à la main des torches, des vases et des coupes destinées aux libations, ainsi que parfois des fruits, notamment des pommes. Sa (ou ses) tête(s) est (sont) généralement surmontée (s) de la haute tiare ronde (polos) caractéristique des déesses mères. Elle a aussi parfois aux mains des gâteaux en forme de croissant, des clefs, des poignards, des épées et des serpents, attributs qui indiquent son caractère ésotérique.

    source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hécate

     

    Hécate

    Hécate, déesse de la mort

    Déesse des morts, Hécate préside présidant aux apparitions des fantômes et aux sortilèges; c’est elle qui évoquent les magiciens; elle est figurée tenant à la main des torches, accompagnée des juments, de chiens et des louves.

    Sa légende et des représentations à trois corps et à trois têtes se prêtent à des interprétations symboliques des différents niveaux.

    Déesse lunaire, elle pourrait représenter les trois phases de l’évolution lunaire (croissance, décroissante, disparition). Elle relirait les trois étages du monde; les enfers, ici-bas, et le ciel, et à ce titre, serait honorée comme la Déesse des carrefours, commande, non seulement une direction horizontale à la surface de la terre, mais plus profondément une direction verticale vers l’un ou l’autre des niveaux de vie choisis.

     

    Hécate

    source: https://leslunesbleu.files.wordpress.com/2016/01/inannna-lilith-lune-noire.jpg?w=290&h=386


    votre commentaire
  • Séléné entourée des Dioscures :
    (Phosphoros (l'étoile du matin)

    et Hespéros (l'étoile du soir),

    autel de marbre du iie siècle trouvé en Italie, musée du Louvre

    Séléné

    Dans la mythologie grecque, Séléné (en grec ancien Σελήνη / Selếnê), fille des Titans Hypérion et Théia, sœur d'Hélios (le Soleil) et d'Éos (l'Aurore), est une déesse de la Lune — plus spécifiquement de la pleine lune, second membre de la triade composée d'Artémis (croissant de lune) et d'Hécate (nouvelle lune). Elle est souvent assimilée à Artémis, même si elle personnifie plutôt l'astre lunaire lui-même. Cette déesse a été romanisée sous le nom de Luna.

    Elle est généralement décrite comme une belle femme au visage d'une blancheur étincelante, vêtue de longues robes fluides blanches ou argentées et portant une lune en croissant retournée sur sa tête. D'autres sources racontent qu'elle porte également une torche et d'autres encore lui prêtent deux grandes ailes blanches dans le dos.

    Après s'être baignée dans l'océan, elle mène un char argenté à travers le ciel obscur, tiré par des chevaux blancs dans certains contes et par des bœufs blancs dans d'autres. Elle est également souvent dépeinte montant un cheval ou un taureau. Elle luit d'une douce lumière argentée pendant qu'elle voyage à travers les cieux, renvoyant sa douce lumière sur la terre ensommeillée.

    Elle eut plusieurs amants, parmi lesquels :

    • Pan, qui la séduit en lui offrant un troupeau de bœufs blancs ;
    • Zeus, de qui elle a deux filles, Hersé et Pandia ;
    • Endymion, un jeune et beau berger, qu'elle plonge dans un sommeil éternel pour qu'il conserve sa beauté.
    • Eumolpos, dont elle a un fils, Musée d'Athènes, d'après Philochore1 (mais ce personnage possède de nombreuses filiations mythiques).

     source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Séléné

     

    Sélénè (la pleine lune)


    votre commentaire
  •   Artémis

        (le croissant de Lune)

    Artémis (en grec ancien Ἄρτεμις / Ártemis) est, dans la mythologie grecque, la déesse de la chasse, des accouchements et une des déesses associées à la Lune avec Hécate et Séléné (par opposition à son frère Apollon, qui est lui, associé au Soleil). Elle est assimilée dans la mythologie romaine à la déesse Diane.

    Ses attributs sont la biche, l'arc en or, le carquois, les flèches et le croissant de lune. Elle a comme monture le cerf. Elle est la fille de Zeus et de Léto et la sœur jumelle d'Apollon (ou simplement sa sœur selon l'hymne homérique qui lui est consacré), avec lequel elle partage beaucoup de traits communs.

    Elle est également la cause des morts subites et du mal qui emporte les femmes en couche. Elle a le pouvoir de faire naître les épidémies et au contraire a le pouvoir de guérir. Elle est protectrice des chemins et des ports, des très jeunes enfants et des bébés animaux.

    Ses cultes se rapportaient aux grands moments de la vie d'une femme : sa naissance, la puberté et la mort.

    source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Artémis

     

    Vestiges du temple d'Artémis situé à Ephèse en Turquie,
    l'une des sept merveilles du monde (auteur: synnwang)

     

    Artémis, Déesse de la chasteté

    Fille de Zeus et de Léto, Artémis est la déesse de la chasteté et de la chasse, munie de son arc doré et de ses flèches argentés.

    Artémis, soeur jumelle d'Apollon

    Artémis est identifiée à la Lune à l'opposé de son frère jumeau Apollon qui est le dieu du Soleil. Tous deux s'opposent et se complètent.

    Artémis, une Déesse vierge

    Artémis est l'une des trois déesses vierges du mont Olympe. Les deux autres étant Athéna et Hestia. Elle a fait le souhait de rester vierge et chaste toute son existence, comme une Nymphe. Elle punissait même les hommes qui tentaient de la séduire ou qui lui tenaient des propos irrespectueux. Un jour en effet, elle fut surprise dans son bain par Actéon, elle décida de le transformer en cerf en toute audace.

    Par sa virginité, elle était ainsi considérée comme la Déesse protectrice de la jeunesse.

    Une Chasseresse hors pair

    Artémis fait partie du monde sauvage, mais son rôle est ambigu. D'un côté, fière et insoumise, elle est entourée d'animaux sauvages. Mais de l'autre, elle part au clair de lune chasser les cerfs et les biches, armée de son arc et de ses flèches.

    Equivalence d'Artémis chez les Romains ?

    Dans la mythologie romaine, Artémis est assimilée à la déesse Diane, fille de Latone (Léto) et de Jupiter. Chez les Romains, elle est plus cruelle envers ceux qui la méprisent.

    Quels sont les attributs d'Artémis ?

    Artémis est très souvent symbolisée avec son arc doré et ses flèches d'argent, attributs qui lui permettent d'être en adéquation avec son rôle de chasseresse. Elle est aussi parfois représentée avec le croissant de Lune.

    Les sanctuaires d'Artémis

    Son principal lieu de culte est temple d'Artémis à Ephèse, qui constitue l'une des sept merveilles du monde antique. On recense également le lac Stymphale en Arcadie ainsi que le sanctuaire d'Artémis Orthia situé à Sparte.


    En savoir plus sur http://www.dieux-grecs.fr/artemis.htm#5A14XlkTAG2ROFDi.99

     

    Encore plus d'infos sur Artémis en cliquant sur le lien suivant :

    https://mythologica.fr/grec/artemis2.htm


    votre commentaire
  • Trouvé sur slideplayer.fr

    La Lune dans la Mythologie grecque 

    1) Le mythe d'Hécate

    Trouvé sur slideplayer.fr

    2) Le mythe de Sélénè

    Le Mythe de Sélénée

    3) Le mythe d'Artémis

    Trouvé sur slideplayer.fr  

    source: http://slideplayer.fr/slide/185859/

     


    votre commentaire