• Et, vive la langue française !

    Note : Deux façons d'écrire une dictée , deux interprétations différentes, laquelle préférez-vous ? Je ne suis pas l'auteur de ce "texte". 
    Madame Cécile Drapeau me l'a fait parvenir, elle l'a elle-même reçu d'une amie.
    Un autre exemple des particularités de notre langue.
     

     

    Une dictée sans fautes Une dictée, 100 fautes
     

    Dans la cuisine du vieux chalet

    Un ravioli, au fond d'un petit poêlon, réchauffe. Et il dore sous une couche de gruyère râpé. Le vieux chalet est bien tranquille. Pour le dîner, tout sera grillé, appétissant, fondant . Le fromage est posé sur un plat ravissant, sans doute, et d'une bouchée, il sera avalé ! Le saucisson gras et bien tendre sera coupé en rondelles et, servi sur un plateau. Le chocolat bout, le verser sera délicat et dangereux !
    D'un seul coup, il écume et gorge le chalet d'un bon et tranquille parfum.

     

     

    Dans la cuisine du vieux chat laid

    Un rat vit au lit, au fond d'un petit poêle long. Réchauffé, il dort sous une couche de gruyère râpé. Le vieux chat laid est bien tranquille : pour le dîner, tout ce rat, gris et appétissant, fond dans le fromage. Et, posé sur un plat, ravi, sans s'en douter, d'une bouchée, il sera avalé ! Le sot, si son gras est bien tendre, sera coupé en rondelles et servi sur un plat. Oh ! le choc ! Holà ! Bouleversé ce rat délicat est dangereux ! D'un seul coup, il écume, égorge le chat laid d'un bond et, tranquille, part.
    Fin

     
     
     
     
     

     

      source: http://legrenierdebibiane.com/participez/dictees.htm

     

     


    votre commentaire
  • http://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/auto_eval/dictee/dictee_20081002.html

    Lancement

     

    Dans le texte ci-dessous, dix participes passés employés sans auxiliaire sont au masculin singulier. Mais cinq d’entre eux devraient s’accorder avec le nom qu’ils qualifient. Trouvez-les et accordez-les correctement.

    Terminé, l'attente : la nouvelle version du populaire logiciel Brio sera bientôt en vente.

    En tant que président de l'entreprise ABC, concepteur du logiciel, je vous confirme que le lancement de la nouvelle version aura lieu, comme prévu, en octobre prochain.

    Et je vous prédis qu'on trouvera bien peu d'habitués de Brio déçu des nouvelles fonctionnalités disponibles. Ci-joint toute la documentation liée à cette nouvelle version de Brio.

    Afin de respecter tant notre clientèle francophone que notre clientèle anglophone, nous nous sommes assurés que la documentation traduit respectait l'original.

    Veuillez cependant noter que les documents promotionnels ci-joint ne devront être distribués qu'à compter du 13 octobre prochain, date du lancement officiel de la nouvelle version.

    La nouvelle version de Brio sera offerte à prix réduit aux détenteurs de la version précédente du 13 octobre au 7 novembre inclusivement. Passé cette date, le prix courant s'appliquera à tous.

    Pendant cette même période, les participants au concours Gagnez votre nouvelle version de Brio (les employés d'ABC exclu) courront la chance d'obtenir le remboursement complet de leur nouvelle licence.

    Texte corrigé

    Terminée, l’attente : la nouvelle version du populaire logiciel Brio sera bientôt en vente. En tant que président de l’entreprise ABC, concepteur du logiciel, je vous confirme que le lancement de la nouvelle version aura lieu, comme prévu, en octobre prochain.

    Et je vous prédis qu’on trouvera bien peu d’habitués de Brio déçus des nouvelles fonctionnalités disponibles. Ci-joint toute la documentation liée à cette nouvelle version de Brio. 

    Afin de respecter tant notre clientèle francophone que notre clientèle anglophone, nous nous sommes assurés que la documentation traduite respectait l’original.

    Veuillez cependant noter que les documents promotionnels ci-joints ne devront être distribués qu’à compter du 13 octobre prochain, date du lancement officiel de la nouvelle version.

    La nouvelle version de Brio sera offerte à prix réduit aux détenteurs de la version précédente du 13 octobre au 7 novembre inclusivement. Passé cette date, le prix courant s’appliquera à tous.

    Pendant cette même période, les participants au concours Gagnez votre nouvelle version de Brio (les employés d’ABC exclus) courront la chance d’obtenir le remboursement complet de leur nouvelle licence.

    Remarques :

    1.   La bonne réponse est Terminée. Lorsque le participe passé terminé est employé en début de phrase, il vaut mieux l’accorder avec le nom qui le suit. L’invariabilité n’est pas fautive, mais la variabilité est préférable; c’est pourquoi on la privilégie ici. Pour en savoir davantage, consultez l’article Fini employé en début de phrase de la Banque de dépannage linguistique (BDL).

    2.   La bonne réponse est déçus. Le participe passé employé sans auxiliaire fonctionne comme un adjectif qualificatif. Ici, il est en fonction attribut de l’objet; il s’accorde donc en genre et en nombre avec le complément direct (habitués). Pour en savoir davantage, consultez l’article Accord et fonctions du participe passé employé sans auxiliaire de la BDL.

    3.   La bonne réponse est traduite. Comme l’adjectif, le participe passé employé sans auxiliaire s’accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte (ici,documentation). Pour en savoir davantage, consultez l’article Accord et fonctions du participe passé employé sans auxiliaire de la BDL.

    4.   La bonne réponse est ci-joints. La locution ci-joint est parfois invariable, mais elle varie en genre et en nombre lorsqu’elle qualifie un nom. Ici, elle qualifie le nom documents. Pour en savoir davantage, consultez l’article Ci-joint, ci-inclus, ci-annexé de la BDL.

    5.   La bonne réponse est exclus. Lorsque le participe passé exclu est placé après un nom qu’il qualifie, il s’accorde en genre et en nombre avec lui. C’est le cas ici, où exclus’accorde en genre et en nombre avec le nom employés. Pour en savoir davantage, consultez l’article Participe passé employé comme préposition de la BDL.

     source : http://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/auto_eval/dictee/dictee_20081002.html


    votre commentaire
  •  

    Trouvé sur oqlf.gouv.qc.ca

    Dictée du 19 mars 2009

    Pas son genre

    Dans le texte ci-dessous, on a changé le genre de dix mots. Rétablissez le genre de ces mots en modifiant le déterminant qui les précède ou l’adjectif qui les qualifie.

     en cliquant sur le lien ci-dessous:

    http://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/auto_eval/dictee/dictee_20090319.asp

     

    source : http://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/auto_eval/dictee/dictee_20090319.html


    votre commentaire
  •  Le pluriel des noms

    À vos crayons ! 

    Quarante fautes à trouver dans un texte de Maurice Druon

     à la Il y a quelques années, M. Pierre Foglia du journal La Presse, publiait un texte de Maurice Druon.  Il invitait ses lecteurs à corriger le texte où il s'était permis de faire exactement 40 fautes.  Près de 400 personnes ont voulu relever le défi mais pas une seule n'a retourné une copie parfaite.  Sauriez-vous faire mieux?
    Note: Vous trouverez le corrigé de ce texte 
    après celui qui contient des erreurs.


     


    Nous parcourions, à l'entour des Baux-de-Provence, le pays baussenc où de tous temps se sont succédés les poètes occitans.  En quête d'un mas, tomba-t-il en ruines, qui convint à nos ressources pécuniaires, nous nous étions assurés l'aide  d'un autochtone fringant, excellent, selon les ouï-dire et autres on-dit, aux affaires extravagantes, tel le drainage des résurgences dans les zones aquifères et l'asepsie des entreprises séricicoles. Nous croyions en l'effet convaincant de son esbroufe et de son bagoût pour le cas où nous lourions un gite et conclurions un bail amphytéotique.

    Le quidam nous mena, de cîmes en thalwegs, jusque dans un vallonnement, au diable vauvert, où naguère il avait chassé à vau-vent, et où croissaient yeuses, myrtes et cytises, et des cistes agripés au roc schisteux, et même un marronnier-d'Inde aux thyrses violacées ou amarantes.

    Un bâtiment décrépi s'élevait sur un terre-plein jonché de tuileaux roses-pâles et de faîtières ébrèchées.  Une vieille catarrheuse sans appâts mais non sans acné, portant bésicles, sarrau dégrafé et socques cloutées, entrebailla l'huis, et nous invita, d'un sourire auquel manquait trois dents, à pénétrer dans une salle toute abimée communiquant de plain-pieds avec des absidioles décorées d'haltères noirs, pendus là comme des ex-voto.

    Dans l'office contigüe, la malpeignée nourrissait une chèvre bréhaigne, deux agneaux nouveaux-nés couchés sur des bat-flanc, un jars, un verrat et quelques canards-d'Inde.

    - Cette métairie, nous expliqua-t-elle d'une voix toute heureuse, date des époques même des schismes ariens.  Je la tiens de feue ma trisaïeule la diaconesse,  qui s'en était arrogé les droits en avance d'hoirie.  Je me suis constituée une retraite par la cession sous seing privé de la nue-propriété: un bailleur de fonds, ancien quincailler du baillage, est depuis quelques temps mon débirentier.

    - Au temps pour moi *, dit notre gardian, les yeux dessillés sur le champ.

    Contrecarré par le plus de contre-temps et contre-ordres possibles, nous quittâmes ce repaire de cathares.
    : Maurice Druon


    *En effet, on n'écrit pas
    Autant pour moi mais bien
    Au temps pour moi  (expression musicale destinée au départ au  musicien
    d'un orchestre qui s'est arreté et demande au chef d'orchestre de
    reprendre "au temps" pour lui).source:

    http://hebdonews.eklablog.com/trouve-sur-legrenierdebibiane-com-a146380364

     

     

    À vos crayons ! 

    Quarante fautes à trouver!
    Voici le texte original avec les fautes (entre parenthèses) 
    corrigées (entre parenthèses).
    Voir la dictée .

     


    Nous parcourions, à l'entour des Baux-de-Provence, le pays baussenc où de tous (tout) temps se sont succédés (succédé) les poètes occitans.  En quête d'un mas,  tomba-t-il en ruines (ruine), qui convint à nos ressources pécuniaires, nous nous étions assurés (assuré) l'aide  d'un autochtone fringant, excellent, selon les ouï-dire et autres on-dit, aux affaires extravagantes, tel (tels) le drainage des résurgences dans les zones aquifères et l'asepsie des entreprises séricicoles. Nous croyions en l'effet convaincant de son esbroufe et de son bagoût (bagout ou bagou) pour le cas où nous lourions (louerions) un gite (gîte) et conclurions un bail amphytéotique (emphytéotique).

    Le quidam nous mena, de cîmes (cimes) en thalwegs, jusque dans un vallonnement, au diable vauvert, où naguère il avait chassé à vau-vent, et où croissaient yeuses, myrtes et cytises, et des cistes agripés (agrippés) au roc schisteux, et même un marronnier-d'Inde (marronnier d'Inde) aux thyrses violacées (violacés) ou amarantes (amarante).

    Un bâtiment décrépi s'élevait sur un terre-plein jonché de tuileaux roses-pâles (rose pâle)
    et de faîtières ébrèchées (ébréchées) .  Une vieille catarrheuse sans appâts (appas)  mais non sans acné, portant bésicles (ou besicles) , sarrau dégrafé et socques cloutées (cloutés) , entrebailla (entrebâilla) l'huis, et nous invita, d'un sourire auquel manquait (manquaient) trois dents, à pénétrer dans une salle toute (tout) abimée (abîmée) communiquant de plain-pieds (plain-pied) avec des absidioles décorées d'haltères noirs, pendus là comme des ex-voto.

    Dans l'office contigüe (contiguë)
    , la malpeignée nourrissait une chèvre bréhaigne, deux agneaux nouveaux-nés (nouveau-nés) couchés sur des bat-flanc, un jars, un verrat et quelques canards-d'Inde (canards d'Inde) .

    - Cette métairie, nous expliqua-t-elle d'une voix toute (tout)
    heureuse, date des époques même (mêmes) des schismes ariens.  Je la tiens de feue (feu) ma trisaïeule la diaconesse,  qui s'en était arrogé les droits en avance d'hoirie.  Je me suis constituée ( constitué) une retraite par la cession sous seing privé de la nue-propriété: un bailleur de fonds, ancien quincailler (quincaillier) du baillage (bailliage) , est depuis quelques (quelque) temps mon débirentier.

    - Au temps pour moi *, dit notre gardian, les yeux dessillés sur le champ (sur-le-champ)
    .

    Contrecarré (contrecarrés)
    par le plus de contre-temps (contretemps) et contre- ordres (ou contrordres) possibles, nous quittâmes ce repaire de cathares.



    Auteur: Maurice Druon
    *En effet, on n'écrit pas
    Autant pour moi mais bien
    Au temps pour moi  (expression musicale destinée au départ au  musicien
    d'un orchestre qui s'est arreté et demande au chef d'orchestre de
    reprendre "au temps" pour lui)

    votre commentaire
  •  Le pluriel des noms

    Saut, sceau, seau, sot

    Une histoire de [so] qui tombent et pour laquelle on demande souvent comment écrire le mot... de la fin.

     

    QUESTION — Il était une fois un sot qui se promenait à dos d’âne, il portait dans la main droite un seau d’eau, et dans la gauche, le sceau du roi, l’âne, tentant un saut, trébucha, les trois [so]s tombèrent. Dans une dictée, comment écrire le dernier [so] de la phrase ?

    On ne peut que... dire cela... et non l’écrire : il s’agit d’homophones (mots s’entendant de la même manière, mais avec des orthographes différentes).C’est toute l’astuce... de l’astuce. Elle montre d’ailleurs tout l’intérêt de l’orthographe qui met du sens dans le son (et pas le son destiné à l’âne, bien entendu).

    Le problème posé n’a aucune solution, parce que le nombre correspond à des « objets » différents n’ayant pas le même sens. Aucune graphie n’est possible : chacune d’elle ne correspond qu’à un objet. Outre le maladroit de l’histoire, il n’y a qu’un seul sot : celui qui tente (vainement) de trouver une réponse à un problème insoluble... même dans l’eau du seau.

    Cette histoire de seau est du même tonneau que la devinette : « Quelle est la différence entre un pigeon ? » (Le pigeon est généralement celui auquel on pose la question.)

    Compléments

    Guy Bertrand

    Guy Bertrand nous signale (mars 2010) que la question posée prend un sens plus intéressant dans la dictée suivante :

    Un sot cavalier portait un seau peu large et un sceau royal. Sur un écart du cheval, les trois [so] tombent.

    Dans ce cas, il y a une seule solution, qui impose de renoncer au pluriel :
    Sur un écart du cheval, L’étroit seau tombe.

    Thomas Deslypper

    Autre version indiquée par Thomas Deslypper (juin 2010) : « Je connaissais une autre variante de cette énigme ; elle veut qu’on précise que le cavalier est un sot étriqué, ce qui implique qu’on peut en fin de phrase écrire : l’étroit sot tombe. »

    source : http://www.langue-fr.net/spip.php?article153


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique