• Taranis le Jupiter celtique

    Taranis le Jupiter celtique

     

    Le Jupiter celtique porte en Gaule le nom de Taranis « le Tonnant » et la divinité est le plus souvent représentée dans l’iconographie avec la roue comme principal attribut. Mais cette roue n’est pas le symbole de la foudre comme la plupart des érudits modernes l’ont cru : elle est la roue cosmique que l’on trouve en Irlande dans la roue du druide irlandais Mog Ruith « serviteur de la roue ».

     

    Le principal aspect irlandais du Jupiter celtique est cependant le Dagda « dieu bon », possesseur de deux talismans royaux, le chaudron d’abondance et la résurrection, archétype préchrétien du Graal, et la massue, qui tue par un bout et ressuscite par l’autre. C’est elle qui correspond au fulmen de Jupiter et au vajra d’Indra.

     

    D’autres aspects de Jupiter sont : en Gaule Sucellus « le bon frappeur », le dieu au maillet ; et en Irlande : Manannan, maître de l’Autre Monde. Le Dagda est le père de Brigite (Minerve), elle-même mère de tous les dieux. Il est aussi le père d’Oengus, Apollon dans son aspect de jeunesse, par adultère avec sa seour qui est la femme de son frère Elcmar « sombre mauvais », dieu de la nuit.

     

    Il est encore l’un des principaux combattants de la bataille cosmique de Mag Tured contre les Fomoire. Avec son frère Ogme, dont Elcmar est sans doute un autre nom, il est un des deux aspects de la dualité souveraine représentée en Inde par Mitra-Varuna. Le Dagda est Mitra, dieu de l’amitié, du contrat, et aussi de la ruse juridique. La conception celtique insiste cependant plus sur son aspect de maître de manifestation que sur son aspect souverain de dieu du ciel. C’est le dieu-druide par excellence, celui dont se réclame la classe sacerdotale. Les filid dépendent cependant d’Ogmios).

     

    L’astrologie s’est toujours largement inspirée de la symbolique mythologique des dieux planétaires pour l’appliquer aux planètes elles-mêmes, mais en l’adaptant à ses propres besoins. Cela apparaît clairement dans l’interprétation de Jupiter.

    Dans l’astrologie occidentale traditionnelle, Jupiter est une des planètes d’un groupe d’astres équivalents, bien qu’elle n’ait jamais perdu son caractère dominant ; elle représente la « suprême » bénéfique, un principe d’épanouissement et de progrès.

    Cette planète est généralement considérée comme favorable, exubérante et tolérante, fière et autoritaire, des caractéristiques qui rappellent celles du dieu de la mythologie romaine. Jupiter nous rapproche de la religion et de la philosophie ; c’est un bon conseiller et un bon professeur, et son nom indien, Guru, souligne ce rôle.  

     

    source: http://www.sylvie-tribut-astrologue.com/

     

    Taranis

    mardi 27 mars 2007, par HistoireDuMonde.net

    Dans la mythologie celtique gauloise, Taranis est, avec Esus et Teutatès, un des Dieux d’une prétendue triade celtique attestée par le poète latin Lucain. C’est un dieu des plus importants du panthéon gaulois. Son nom signifie « le tonnant » (tarann en breton et gallois).

    Taranis serait principalement le dieu du ciel, de la foudre et du tonnerre.

    Son culte est attesté en Grande-Bretagne, en Rhénanie, en Dalmatie, en Provence, en Auvergne, en Bretagne et en Hongrie. Ses premières représentations prennent forme peu avant la conquête romaine. Époque mouvementée alors que, sous l’influence de ses voisins, la Gaule commence à représenter ses Dieux sous formes de statues et leur élève des autels et des lieux de cultes plus importants que jadis. On a retrouvé sept autels consacrés à Taranis, tous portants des inscriptions en grec ou en latin à travers l’Europe continentale. On peut aussi mentionner le magnifique chaudron de Gundestrup (200 ou 100 avant Jésus Christ) retrouvé au Danemark. Ce chaudron est une des plus belles pièces que nous possédons illustrant, entre autres, le grand Taranis.

    Ce Dieu serait le plus souvent représenté comme un homme d’âge mûr, barbu et viril dont les attributs distinctifs sont la roue solaire, un sceptre et des esses (éclairs). Il est parfois accompagné d’animaux : cheval (animal au rôle psychopompe), aigle ou serpent.

    Au regard d’autres mythologies de l’Antiquité, on fait parfois les rapprochements suivants :

    * le dieu romain Jupiter (à la Foudre)
    * le dieu grec Zeus (au Fulmen)
    * le dieu germanique Thor (au Marteau)
    * le dieu slave Svarog (dieu du ciel/forgeron et dragon céleste cracheur de feu), il tient une roue.

     

    source: http://www.histoiredumonde.net/Taranis.html


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :