• Un partage d'Eliane

    Les eaux du Léthé près des champs Elysées par John Roddam Spencer Stanhope

     

    Dans la mythologie grecque, Léthé (en grec ancien Λήθη / Lếthê, « oubli »), fille d’Éris (la Discorde), est la personnification de l'Oubli. Elle est souvent confondue avec le fleuve Léthé, un des cinq fleuves des Enfers, parfois nommé « fleuve de l'Oubli ».

    Après un grand nombre de siècles passés dans l'Enfer (le royaume d'Hadès), les âmes des justes et celles des méchants qui avaient expié leurs fautes aspiraient à une vie nouvelle, et obtenaient la faveur de revenir sur la terre habiter un corps et s'associer à sa destinée. Mais avant de sortir des demeures infernales, elles devaient perdre le souvenir de leur vie antérieure, et à cet effet boire les eaux du Léthé, qui provoquaient l'amnésie.

    Le Léthé coulait avec lenteur et silence : c'était, disent les poètes, le fleuve d'huile dont le cours paisible ne faisait entendre aucun murmure. Il séparait les Enfers de ce monde extérieur du côté de la Vie, de même que le Styx et l'Achéron les en séparaient du côté de la Mort. La porte du Tartare qui ouvrait sur cette rivière était opposée à celle qui donnait sur le Cocyte.

    Léthé est parfois représenté sous la figure d'un vieillard qui d'une main tient une urne et de l'autre la coupe de l'Oubli.

    Le Léthé est cité par le poète français Charles Baudelaire :

    « Pour engloutir mes sanglots apaisés
    Rien ne me vaut l'abîme de ta couche ;
    L'oubli puissant habite sur ta bouche,
    Et le Léthé coule dans tes baisers. »

    — Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal

     

    1. (Mythologie grecque et romaine) Fleuve des Enfers où les ombres des morts allaient boire pour oublier le passé.
      • Ces âmes [des champs Élysées, après mille ans] allaient boire de l’eau du Léthé, et demandaient instamment à rentrer dans de nouveaux corps, et à revoir la lumière du jour. (Voltaire)

      • Il n’a su réchauffer ce cadavre hébété
        Où coule au lieu de sang l’eau verte du Léthé.
        (Charles Baudelaire, Spleen, 1868)

    2.  (Poétique) Oubli.

     

    Le Léthé

    C'était le fleuve de l'oubli; le Léthé coulait lentement et sans bruit à l'extrémité des Champs-Elysées ou contigu au Tartare selon d'autres. Tous les morts devaient en boire pour oublier les maux et les plaisirs de leur ancienne vie terrestre.

     

    sources: https://fr.wikipedia.org/wiki/Léthé 

                 https://fr.wiktionary.org/wiki/Léthé


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :