• Trouvé sur

    Chronique Réflexions

    Un mot de plus, un mot de trop

     

    À vouloir faire le bien autour de soi et à toujours vouloir que les autres soient heureux ou du moins, un peu mieux lorsqu'on est là, on finit par découvrir (ou redécouvrir) une des plus grandes sagesses de la vie qui se cache au-delà des ces paroles qui apaisent les maux.

    Ceci étant dit, en plus des mots du réconfort, de l'encouragement et ceux qui poussent à la réflexion, il n'y a que les tapes dans le dos, les accolades sincères et les petits baisers sur la joue qui disent, sans dire un mot : «je suis là».

    Et bien que nos intentions soient les meilleures, que notre volonté d'aider n'ait d'égal que la grandeur de notre compassion, parfois, les paroles et les gestes ne sont tout simplement pas suffisants... Et même que ce n'est pas toujours ce qu'il faut.

    Mais que reste-t-il une fois que toutes ces paroles ont été dites et tous ces gestes ont été faits? Que peut-on faire lorsqu'il reste encore du chemin à parcourir pour celui ou celle que l'on voudrait tant aider? Comment agir quand un mot de plus peut devenir un mot de trop, quand une main tendue est peine perdue?

    «Parle si tu as des mots plus forts que le silence, ou garde le silence.»
    - Euripide

    Eh bien, en certaines circonstances, il semblerait que le silence soit la réponse parfaite et la plus appropriée à la tourmente du corps ou de l'esprit. Je sais, un silence est déjà inconfortable en temps normal, alors il le devient d'autant plus lorsque la souffrance est de la partie. Et pourtant...

    C'est dans ce silence que se trouve parfois le plus beau des cadeaux, la plus belle des surprises, soit, l'espace et le temps nécessaire pour laisser se dissiper les nuages qui obstruent la clarté de l'être aimé... Et tout ce que l'on puisse faire, c'est justement de ne rien dire et de ne rien faire... de se taire.

    Tout en demeurant présent et disponible, il s'agit d'offrir cet espace en espérant qu'en temps et lieu, celui-ci se transformera en une réponse pour notre protégé, découvrant ou retrouvant par lui-même sa voie d'accès vers le soleil qui brille à nouveau, vers la lumière où il fait beau et bon vivre.

    «Le silence de l'homme attire le silence de Dieu.»
    - Julien Green

    Olivier Turcotte
    Coach personnel et Hypnothérapeute
    514 831-9936
    info@olivierturcotte.com

     

    source : http://olivierturcotte.com/reflexions/un-mot-de-plus-un-mot-de-trop/
    olivierturcotte.com


    votre commentaire
  • Trouvé sur olivierturcotte.com

    Intervention divine

     

    Vous êtes-vous déjà demandé en tant que parent, en tant qu'ami ou simple être humain, si vous deviez intervenir dans la vie de quelqu'un d'autre... pour son bien?

    Vous savez, ce genre de situation où l'on est en position de dire quelque chose pour influencer la décision de l'autre ou de faire quelque chose pour lui éviter une apparente misère. Je vous donne quelques exemples:

    La consommation d'alcool d'un membre de votre famille vous inquiète... Un ami pense à mettre fin à sa relation amoureuse que vous trouvez plutôt parfaite... Une autre amie, déprimée par sa malchance en amour, considère avoir recours à l'adoption pour donner un sens à sa vie...

    «Ce n'est pas tant l'intervention de nos amis qui nous aide mais le fait de savoir que nous pourrons toujours compter sur eux.»
    - Epicure

    Dans certain cas, bien sûr, l'on vient vers nous pour demander notre aide ou notre opinion. Par contre, la plupart du temps, notre «radar à malheur» ou autres «détecteur de fausse route» sont activés bien avant qu'on nous sollicite.

    C'est alors qu'armé de nos bonnes intentions et poussé par notre sens des responsabilités, nous prenons position dans la vie de l'autre et parfois même, nous prenons carrément en charge la situation qui l'accable. C'est ce que j'appelle le syndrome de l'intervention divine.

    Mais bien que cette approche soit, dans certains cas, tout à fait bénéfique, notre interprétation de la situation et les gestes qui en découlent demeurent très personnels et bien entendu, basés sur notre propre expérience... Ce qui, vous en conviendrez, n'a souvent rien à voir avec l'expérience de l'autre.

    Au risque de se décevoir soi-même, il faut parfois avoir le courage et la sagesse de laisser l'autre faire ses propres expériences (qui peuvent vous sembler être des erreurs) pour qu'un jour, il puisse faire un bon choix en sachant comment et pourquoi.

    «L'amitié peut être muette, et le doit être presque toujours. L'amour au contraire doit être éloquent et l'on ne peut jamais trop dire qu'on aime.»
    - Madeleine de Scudéry

    Et vous... Quel apprentissage important avez-vous fait au cours de votre vie à cause qu'on vous a permis de faire une expérience que d'autres considéraient comme une erreur? Et où en êtes-vous aujourd'hui grâce à tout ça?

    Olivier Turcotte
    Coach personnel et Hypnothérapeute
    514 831-9936

    source : http://olivierturcotte.com/reflexions/intervention-divine/


    votre commentaire
  •  

    L'Aigle

     

    Un homme trouva un oeuf d’aigle et le plaça dans un poulailler.

    L’aiglon vint au monde avec une couvée de poussins et poursuivit sa croissance avec eux.

    Se prenant pour un poulet, l’aigle ne cessa d’imiter le comportement des gallinacés qui l’entouraient.

    Il grattait la terre afin d’y trouver des vers et des insectes.

    Il gloussait et caquetait. Il battait des ailes, ne s’élevant qu’à quelques centimètres du sol.


    Les années passèrent et l’aigle devint très vieux.

    Un jour il aperçut, volant dans le ciel sans nuages, un magnifique oiseau.

    Avec une grâce majestueuse, ce dernier se laissait porter par les courants, agitant à peine ses puissantes ailes dorées.

    Le vieil aigle le regardait, émerveillé.

    - « Quel est cet oiseau ? » demanda-t-il.

    - « C’est l’aigle, le roi des oiseaux, lui répondit un de ses compagnons.

    Il appartient au ciel. Nous, nous appartenons à la terre – nous sommes des poulets. »

    C’est ainsi que l’aigle, dans la certitude qu’il avait d’appartenir à la basse-cour, vécut et mourut en poulet.

     

    Source: Tiré du livre d’Anthony de Mello « Quand la conscience s’éveille »...www.lespasseurs.com

    source : https://www.lespasseurs.com/aigle.htm

    Même texte sur et d'autres textes de réflexions en plus sur : http://olivierturcotte.com/reflexions/laigle-de-poulailler/#:~:text=«Ne%20sois%20pas%20idiot%2C%20répondit,aigle%20peut%20voler%20aussi%20haut!»

    Si vous avez aimé cette réflexion, vous aimerez peut-être celles-ci:

    Les deux moines et la jeune femme
    Les aveugles et l'éléphant
    La légende de l'homme-dieu

     


    votre commentaire