• Trouvé sur reparties.fr

    Réparties d'hommes célèbres

     Charlie Chaplin

    Rencontre entre Charlie Chaplin et Albert Einstein :

    — Ce que j’admire le plus dans votre art (dit Albert Eins­tein à Chaplin), c’est son universalité. Vous ne dites pas un mot, et pourtant le monde entier vous comprend.

    — C’est vrai, réplique Chaplin. Mais votre gloire est plus grande encore : le monde entier vous admire, alors que personne ne vous comprend.»

     
     
     Winston Churchill

    Lors d'une visite du palais de Blenheim (maison ancestrale de la famille Churchill), Nancy Astor, l'icône féministe, se retrouva à discuter des droits des femmes avec Winston Churchill, qui n'était pas réputé pour son affection pour le sujet.

    Au sommet de leur désaccord, Lady Astor s'écria :

    - « Winston, Si j’étais votre épouse, je mettrais du poison dans votre verre ! »
    Réponse du tac au tac de Churchill :
    - « Et bien moi, Nancy, si j’étais votre mari, je le boirais ! »

     
     
     Bernard Shaw

    Churchill fit un jour la remarque suivante à son ami George Bernard Shaw (alors très maigre contrairement à ce premier de forte corpulence) :

    "À vous voir, tout le monde pourrait penser que la famine règne en Angleterre" ;
    à quoi Shaw aurait rétorqué : "À vous voir, tout le monde pourrait penser que c'est vous qui en êtes la cause"

     
     
     Jacques Chirac

    Un jour ou il prenait un bain de foule, un homme avance au niveau de Jacques Chirac et lui crie "connard". Sans se départir de son sourire, le Président de l'époque lui répond, "enchanté, moi c'est Chirac."

     
     
     Diogène de Sinope

    Diogène, à un chauve qui l’insultait :

    « Je ne vais pas être insolent envers toi, mais je félicite tes cheveux d’avoir abandonné une sale tête. »

     

    votre commentaire
  • Trouvé sur

    Réparties de Pablo Picasso

    En 1937, Otto Abetz, ambassadeur de l'Allemagne nazie en France, découvre "Guernica" exposé pour la première fois au public (au pavillon espagnol pendant tion universelle de 1937).

    - C'est vous qui avez fait cette horreur ? demande-t-il à Picasso

    - Non, c'est vous, répond Picasso

     

    Pablo Picasso dînait dans un restaurant en griffonnant des choses sur la nappe en papier. Le patron, au moment de l'addition :

    "Maître, vous être bien entendu mon invité, si vous daignez signer cette nappe".
    Picasso : "Cher ami, je veux bien payer mon dîner, mais je n'ai nulle intention d'acheter votre restaurant".

     

     

    Répondant à une question sur sa profession, Picasso déclara :

    « Je voulais être peintre, et je suis devenu Picasso. »

    Pablo Picasso dînait dans un restaurant en griffonnant des choses sur la nappe en papier. Le patron, au moment de l'addition :

    "Maître, vous être bien entendu mon invité, si vous daignez signer cette nappe".
    Picasso : "Cher ami, je veux bien payer mon dîner, mais je n'ai nulle intention d'acheter votre restaurant".


    votre commentaire
  • Un partage de Claudine 

    Un plaisir à lire , quand l'humour rime avec la culture, c'est du miel !!!
    ----------------------------------------------
    Cette phrase de Robert Surcouf, célèbre corsaire Malouin, répondant à un amiral britannique qui prétendait ceci :
    "Vous les Français vous vous battez pour l'argent, nous Anglais, nous nous battons pour l'honneur !!!"
    Et Robert Surcouf de répondre : "Monsieur, chacun se bat pour ce qu'il n'a pas!!!" 

      

    Lors d'un échange entre les deux rivaux politiques du 18ème siècle, John Montagu, Comte de Sandwich, et le réformiste John
    Wilkes. Montagu dit à Wilkes :
    « Monsieur, je ne sais pas si vous mourrez sur l'échafaud ou de la syphilis. »
    Réplique de Wilkes :
    « Cela dépend, monsieur si j'embrasse vos principes ou votre maitresse. »


     
    Cindy Crawford à Amanda Lear lors d'un cocktail :
    « Merci de m'avoir envoyé votre livre, je l'ai adoré. Mais dites-moi, qui vous l'a écrit ? »
    Réplique d'Amanda :
    « Je suis ravie que vous ayez apprécié mon livre. Mais dites-moi, qui vous l'a lu ? »


     

    Le Prince de Conti était fort laid. Aussi sa femme le trompait sans vergogne. Un jour, en partant, il lui dit :
    « Madame, je vous recommande de ne pas me tromper pendant mon absence. »
    Réplique de sa femme :
    « Monsieur, vous pouvez partir tranquille : je n 'ai envie de vous tromper que lorsque je vous vois. »


     

    Churchill fit un jour la remarque suivante à Bernard Shaw (alors très maigre contrairement à ce premier de forte corpulence) :
    « À vous voir, tout le monde pourrait penser que la famine règne en Angleterre. »
    Réplique de Shaw :
    « À vous voir, tout le monde pourrait penser que c'est vous qui en êtes la cause. »


     

    Lors d'une visite du palais de Blenheim (maison ancestrale de la famille Churchill ), Lady Astor, l'icône féministe, se retrouva à discuter des droits des femmes avec Winston Churchill, qui n'était pas réputé pour son affection pour le sujet.
    Au sommet de leur désaccord, Lady Astor s'écria :
    « Winston, Si j' étais votre épouse, je mettrais du poison dans votre verre ! »
    Réplique du tac au tac de Churchill :
    Eh bien moi, Nancy, si j' étais votre mari, je le boirais ! »


     

    Sacha Guitry et Yvonne Printemps, son épouse du moment, se promènent dans un cimetière
    « Lorsque vous serez là, on pourra écrire sur la pierre : Enfin froide, » déclare galamment le spirituel Sacha.
    « Et quand vous y serez, sur la vôtre on pourra écrire : Enfin raide. «


     

    Au Conservatoire national d'art dramatique, Louis Jouvet, professeur, à
    François Périer, jeune élève :
    Si Molière voit comment tu interprètes ton Don Juan, il doit
    se retourner dans sa tombe.
    Et Périer de répliquer du même ton :
    Comme vous l'avez joué avant moi, ça le remettra en place.


     

    Anna Tyskiewicz, future comtesse Potocka, cachait avec soin un strabisme divergent.
    Mais Talleyrand, le plus célèbre pied-bot de l'Histoire, connaissait cette infirmité.
    Un jour, elle s'avisa de lui demander :
    Comment allez-vous, Prince ?Comme vous voyez, madame, répondit Talleyrand.


     

    Le maréchal va beaucoup vous manquer.» dit-on à l' épouse du Maréchal de Boufflers après qu' 'il fut décédé.
    « Peut-être. Mais au moins, je saurai où il passe ses nuits » réplique-t-elle.


     

    Monsieur de Rivarol, combien d' années me donnez-vous ? » demandait une vieille coquette à l 'homme célèbre..
    Réponse :"Pourquoi vous en donnerais-je Madame ? N 'en avez-vous donc pas assez ?


     

    A la fin d'un dîner organisé par Winston Churchill, le maître d' hôtel du
    héros de la guerre présente la cave à cigares aux invités. L 'un d'entre
    eux, sans le moindre scrupule, en prend cinq, les met dans sa poche et
    déclare :
    "C' est pour la route. »
    Réponse de Churchill
    « Merci d' être venu d 'aussi loin !

     

     

     


    votre commentaire
  • Trouvé sur

    Philippe Bouvard 

    Philippe Bouvard rebondit sur une interview d'Ève Angéli, chanteuse ayant participé à l'émission de télé-réalité "La Ferme Célébrités" :

    C'était courageux pour une chanteuse d'aller dans une émission qui s'appelle "la ferme" ! "

     

     

    Jacques Chirac 

    Jacques Chirac est invité dans l'émission de Michel Field pour parler de la sortie de son livre. La conversation entre l'ex-chef d'Etat et le célèbre journaliste se transforme en une véritable joute verbale :

    Chirac : "Réfléchissez deux minutes... c'est pas excessif !"

    Le journaliste en souriant : "Deux minutes c'est à peu près le temps qu'il m'a fallu pour lire votre livre !"

    Chirac sur un ton taquin : "Je le sais bien, malheureusement dans celui que je vous ai envoyé j'avais pas mis les images à colorier, je suis désolé !

     

     

    Inconnu 

    Un professeur déjeune à la cantine quand un étudiant vient s’asseoir en face de lui.

    Le professeur lui dit : un oiseau et un cochon ne déjeunent pas ensemble !

    - Alors je m’envole loin de vous! lui répond l’étudiant.

    Le professeur est vert de rage, il décide de lui coller un zéro pour le contrôle de la semaine prochaine, mais l’étudiant répond parfaitement à toutes les questions.

    Le professeur lui pose donc un petit problème :

    « Tu es dans la rue et tu trouves deux sacs, l’un contient des billets de banque et l’autre de l’intelligence, lequel choisis-tu? »

    « Le sac rempli de billets » répond l’étudiant. « Mais à ta place j’aurais choisi l’intelligence ! »

    « Les gens prennent toujours ce qu’ils n’ont pas. » lui répond l’étudiant !

    Le professeur étouffe sa rage, prend sa copie et y inscrit « CONNARD »

    L’étudiant prend sa feuille, va s’asseoir et au bout de quelques minutes revient :
    « Monsieur, lui dit-il, vous avez signé, mais vous avez oublié de me mettre une note

     

     

    Frank Zappa 

    Lors d'une émission, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale avec une jambe de bois interpella Frank Zappa :

    Si j'en juge par vos cheveux longs, vous êtes une fille ?

    Ce à quoi Zappa répondit :

    Et si j'en juge par votre jambe de bois, vous êtes une table ?

     

     

    The Good Wife 

    Une plaignante à propos de son avocate :

    Je connais Nancy depuis toujours et je préfére prendre quelqu'un en qui j'ai confiance. "

    Le juge : " Mademoiselle vous n'êtes pas assez âgée pour la connaitre depuis toujours. "

     

    votre commentaire
  • Trouvé sur

     Berthe Bovy

    Un jour Jules Claretie, administrateur de la Comédie-Fraçaise, se ventait auprès de Berthe Bovy,

    lui désignant une petite boîte :

    "Elle contient, chère amie, le cerveau de Voltaire."

    La jeune secrétaire lui répondit du tac au tac :

    "N'avez-vous jamais eu l'idée de vous en servIr " ?

    Inconnu

    Une maîtresse demande à ses élèves :

    Si je dis "je suis belle", c'est à quel temps ?

    Un élève répond :

    Sûrement au passé madame.

     

    Jean-Luc Mélenchon

    Un journaliste interroge Jean-Luc Mélanchon qui ne porte pas la profession dans son cœur :

    « Jean-Luc Mélanchon, plus laïquard que vous y'a pas... » à peine celui-ci termine sa phrase qu'il est reprit par Mélanchon :

    « Déjà je conteste le terme de laïquard... je ne vous dis pas journalard, pour décrire cette manie de tout ridiliser !»

     

     source: http://www.reparties.fr/


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique